Comment déclarer ses revenus de microentrepreneur sur la déclaration d’impôt sur le revenu ?

Les micro-entrepreneurs sont aussi tenus de déclarer leur revenu obtenu via leur activité professionnelle lors de leur déclaration d’impôt sur le revenu fiscal sur le formulaire cerfa n° 2042 C PRO. Ceci est dû au fait que les revenus industriels et commerciaux engendrés par les activités d’un auto-entrepreneur, sont imposables sur les revenus de votre foyer fiscal.

comparez les banques Auto-Entrepreneur

comparer

Cette déclaration de revenus se révèle plus ardue pour un auto-entrepreneur. Cette difficulté est le fruit de l’existence des diverses retenues sur les revenus commerciaux et les revenus non commerciaux. De ce fait, il est souvent utile de faire appel aux lumières d’un professionnel tel qu’un expert comptable afin de ne pas gaspiller du temps.

Comment effectuer cette déclaration complémentaire ?

Cet entrepreneur peut effectuer soit un calcul annuel selon le régime microfiscal appliqué selon le barème progressif à son revenu général, soit opter pour un paiement fiscal libératoire qui s’effectue lors de la déclaration de revenus industriels et commerciaux réalisés. Il est possible d’effectuer cette déclaration en ligne ou directement auprès du centre de paiement du RSI ou de l’URSSAF.

Avec l’option pour le versement libératoire, vous avez droit à un abattement forfaitaire permettant de bénéficier du régime micro-fiscal pour le calcul du revenu imposable. Mais cet abattement forfaitaire varie en fonction de l’activité exercée, en outre si les revenus de votre foyer relèvent des bénéfices industriels et commerciaux ou si ce sont des revenus non commerciaux professionnels.

Qui peut prétendre aux versements libératoires de l’impôt sur le revenu ?

Tous les entrepreneurs œuvrant dans un domaine d’activité administré par le régime microfiscal et le régime microsocial, et dont le foyer fiscal de 206 est inférieur ou égal à 26 818 € par part de quotient familial peuvent bénéficier de versements libératoires. Ce choix doit être déclaré lors de la mise sur pied de l’entreprise, ou au plus tard le dernier jour de l’année en cours, pour une application à partir du premier jour de l’année suivante. Le paiement est égal à 1 % pour les activités de ventes relevant des bénéfices industriels et commerciaux. S’il s’agit de revenus non commerciaux professionnels, il sera de 1,7 % pour les prestations de services, et de 2,2 % pour toutes les professions d’activité libérale.

À noter que si vous avez opté pour le versement ou prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu, vous devez spécifier que vous êtes un micro-entrepreneur ayant opté pour le versement ou prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu, et ce que votre activité génère des revenus commerciaux ou de revenus non commerciaux.

Ce que le micro-entrepreneur doit déclarer

Chaque dernier jour du mois ou tous les trimestres à partir du 31 janvier, un auto-entrepreneur est obligé par la loi de déclarer son chiffre d’affaires réel si vous avez choisi l’option pour le versement libératoire. Si toutefois, il n’a réussi à se faire aucun chiffre d’affaires, cet entrepreneur est tenu de noter le chiffre « 0 » dans sa déclaration d’impôts sur le revenu fiscal selon le barème progressif. Dans cette même déclaration, la valeur des cotisations sociales et d’autres charges sociales qui incombent à l’auto-entrepreneur doivent être calculées en se basant sur le taux des cotisations sociales appliqué au chiffre d’affaires réalisé.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires