Expert comptable et chef d’entreprise, deux destins liés

Si aucune législation n'oblige le chef d'entreprise à engager un expert comptable, il a cependant tout intérêt à le faire. En effet, sa polyvalence et sa connaissance profonde du monde de l'entreprise font de lui un allié de taille pour le dirigeant d'une entreprise.

Rappel du rôle de l’expert comptable

L’expert comptable est l’éminence grise du chef d’entreprise. En effet, il le conseille et l’oriente dans la gestion comptable, financière et même juridique.
 
Élément externe à l’entreprise, il suit cependant de très près toutes les étapes de la vie de celle-ci. Expert de la comptabilité, il est le lien entre l’entreprise et différents interlocuteurs que sont les organismes financiers, sociaux, l’État. Ses interventions sont occasionnelles pour des obligations fiscales et sociales et peuvent être mensuelles pour le suivi des fiches de paie.

L’expert comptable face au chef d’entreprise

Les rapports entre l’expert comptable et le chef d’entreprise doivent être régis par la confiance. En effet, en engageant un expert comptable, l’entrepreneur se verra lui confier certains documents confidentiels, primordiaux à la gestion de son entreprise. Ce rapport de confiance exige alors de bien connaître les obligations de chaque partie envers l’autre. Les obligations de l’expert comptable sont alors la compétence, la dignité et l’indépendance. De par la réglementation de sa profession, celui-ci s’interdit toute activité pouvant nuire à son indépendance.

Le chef d’entreprise face à l’expert comptable

Le chef d’entreprise se doit en contrepartie d’offrir à l’expert comptable un environnement et des conditions de travail favorables. Il lui doit alors une rémunération équitable et ponctuelle des prestations, la mise à disposition de tout document nécessaire dans les meilleurs délais. Il apparaît également dans le devoir du chef d’entreprise d’exiger de son personnel une entière coopération avec l’expert comptable. En cas de rupture de contrat, il est d’usage d’informer ce dernier par lettre recommandée 3 mois avant le 1er jour de l’exercice comptable suivant.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

74 − 70 =