L’assurance emprunteur : Tout savoir

Contracter un crédit ou un prêt immobilier engage l’emprunteur à le rembourser. Mais lorsque le paiement des mensualités s’échelonne sur une longue durée, des évènements imprévus peuvent remettre en cause sa capacité de remboursement. Pour garantir le versement des échéances quoi qu’il advienne, la souscription d’une assurance crédit s’avère nécessaire. De quoi s’agit-il ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’assurance emprunteur.

Qu’est-ce qu’une assurance crédit ?

L’assurance crédit, que l’on appelle aussi « assurance emprunteur », est une garantie qui couvre un emprunt tel qu’un prêt immobilier, un emprunt à la consommation, un crédit auto, etc. Elle assure le paiement des échéances lorsque l’emprunteur se trouve dans l’incapacité de rembourser suite à un incident de la vie (invalidité, perte d’emploi, décès). La souscription de ce contrat est donc avantageuse tant pour le prêteur que l’emprunteur. D’une part, il permet au créancier de se protéger contre l’insolvabilité de son débiteur. Il a ainsi la garantie de récupérer le capital octroyé. D’autre part, il permet à l’emprunteur et à son entourage de se prémunir contre le risque de ne pas pouvoir honorer la dette en cas d’imprévu et de voir ses biens saisis.

Bien que l’assurance emprunteur ne soit pas obligatoire, elle est souvent exigée par les établissements bancaires. Aucune banque n’accorde un prêt immobilier ou autre à un emprunteur qui ne souscrit pas une assurance crédit, à moins de mettre en garantie un patrimoine solide.

Quelles sont les différentes garanties ?

L’assurance emprunt couvre plusieurs risques, à savoir :

  • le décès ;
  • la perte d’autonomie ;
  • l’incapacité temporaire totale de travail ;
  • la perte d’emploi.

La garantie « décès »

En cas de décès de l’assuré, l’assureur prend en main le remboursement du capital restant dû à l’organisme prêteur. 

Cette garantie est obligatoirement incluse dans les contrats d’assurance crédit. Cependant, elle prévoit un âge limite de garantie. De ce fait, elle ne couvre pas nécessairement le risque de décès avant le terme du prêt immobilier.

La garantie « Perte Totale et Irréversible d’Autonomie » (PTIA)

Dans le cas où l’emprunteur se trouve dans l’impossibilité de mener une activité professionnelle suite à un accident ou une maladie, l’assureur procède au versement du capital restant dû. Cette prise en charge du remboursement du crédit dépend :

  • du degré d’invalidité de l’emprunteur (partielle ou totale) ;
  • de l’âge limite de garantie ;
  • de l’étendue de la couverture.

La garantie Incapacité Temporaire de Travail

Cette garantie s’applique lorsque l’assuré est temporairement inapte à exercer un métier rémunérateur. Elle permet la prise en charge des mensualités du crédit pendant l’interruption de l’activité. L’assureur cesse de payer les échéances en cas de reprise partielle ou totale du travail.

La garantie « Perte d’emploi »

Facultative, la garantie « perte d’emploi » est proposée pour couvrir une rupture de CDI suite à un licenciement. L’assureur procède alors au paiement total ou partiel des mensualités jusqu’à la fin de la garantie ou à la reprise d’une activité rémunératrice.

Le plus souvent, cette couverture ne s’applique pas en cas de rupture de CDD, de chômage partiel, de démission, d’interruption de période d’essai ou encore de préretraite.

À quel moment souscrire une assurance crédit ?

La souscription d’une assurance crédit doit s’effectuer le plus tôt possible. L’idéal est d’entamer la recherche d’un contrat bien avant la demande de crédit. Cela, dès que vous avez une idée du montant à emprunter, du taux d’intérêt et de la durée du crédit.

Anticiper votre recherche permet de :

  • connaître à l’avance les conditions des assurances (tarif, niveau de couverture, les exclusions de garantie) ;
  • comparer plusieurs contrats pour ensuite faire jouer la concurrence ;
  • gagner du temps dans les démarches.

Quel type de contrat opter ?

Le contrat groupe

Les banques proposent systématiquement une assurance collective avec leur offre de crédit. Celle-ci est basée sur la mutualisation des risques. Tous les emprunteurs qui y ont adhéré se partagent alors les risques. Ils bénéficient tous des mêmes garanties.

Cette solution est appréciée pour la simplicité des formalités d’adhésion. En revanche, les garanties proposées sont très basiques. Elles sont souvent insuffisantes pour couvrir l’emprunteur de tous les imprévus qui peuvent se produire au cours de la durée de remboursement du crédit.

À savoir que l’adhésion au contrat d’assurance de l’organisme prêteur n’est pas obligatoire. La loi Lagarde de 2010 permet à l’emprunteur de se tourner vers une compagnie tierce pour souscrire une assurance crédit.

Le contrat individuel

Contrairement au contrat de groupe proposé par la banque, le contrat individuel concerne exclusivement l’emprunteur. Les risques ne sont donc pas mutualisés. 

Le contrat individuel a pour avantage principal de répondre au mieux aux besoins de l’emprunteur en offrant des garanties plus adaptées à son profil. En outre, le calcul des primes se base sur le montant du capital restant dû et non sur la somme initiale octroyée. De ce fait, elles sont dégressives, ce qui n’est pas le cas pour la cotisation de l’assurance groupe dont le montant reste constant jusqu’à la fin du contrat.

Comment choisir son assurance emprunteur ?

Le choix d’une assurance crédit doit s’effectuer en fonction des besoins de l’emprunteur. Pour ce faire, il convient de comparer plusieurs offres d’assurance emprunteur en prenant en compte les critères suivants :

  • les garanties ;
  • l’étendue de la couverture ;
  • la quotité (le taux d’emprunt que couvre l’assurance emprunteur) ;
  • les modalités d’application de l’assurance (délai de carence, limite d’âge, exclusions de garantie, etc.) ;
  • le coût mensuel et annuel du contrat ;
  • les frais de dossier.

Pour trouver la meilleure assurance de prêt, il est recommandé d’utiliser un comparateur d’assurance crédit.

Comment choisir les garanties ?

Un contrat d’assurance crédit comporte deux types de garanties : les garanties obligatoires et les garanties facultatives.

Les garanties obligatoires sont imposées par la loi afin de protéger les banques contre le risque de non-remboursement du crédit ou du prêt immobilier. Elles concernent la garantie « décès » et la garantie « perte totale et irréversible d’autonomie » (PTIA).

Les garanties facultatives, quant à elles, sont proposées par l’assureur pour renforcer la couverture. Il peut s’agir, par exemple, d’une garantie « perte d’emploi » ou d’une garantie « invalidité permanente » qui complète la PTIA.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires