Pourquoi être autoentrepreneur ?

Devenir autoentrepreneur est une idée séduisante qui attire de plus en plus de Français. En effet, plus d’un million d’entreprises en France bénéficient de ce statut. Il faut dire que la création d’une autoentreprise est très facile afin d’encourager les entrepreneurs à la choisir. Faites tout de même attention, car malgré ses nombreux avantages, ce régime connaît aussi ses inconvénients. Ainsi, avant de devenir autoentrepreneur prenez le temps d’étudier les pour et d’analyser les contre. Dans cet article, découvrez pourquoi vous devez être autoentrepreneur

COMPAREZ


les banques pros

Pourquoi être autoentrepreneur ?

Les raisons qui poussent un entrepreneur à choisir ce statut peuvent être nombreuses et personnelles. Toutefois, les cas suivants reviennent assez souvent pour que l’on en parle.

Votre profil d’entrepreneur

En effet, même s’il est facile de monter une microentreprise ou autoentreprise, ce statut s’avère plus pertinent pour certains types de gérants. Si vous êtes un entrepreneur qui souhaite expérimenter un service ou un nouveau produit, il s’agit du statut idéal. L’entrepreneur débutant peut également choisir le statut d’autoentreprise pour « tâter le terrain » avant de basculer ensuite vers un régime sociétal. Les étudiants, les salariés peuvent également choisir cette option afin de pouvoir travailler librement à leur compte et à temps partiel.

Votre chiffre d’affaires

Si vous exercez une activité de vente et que votre chiffre d’affaires ne dépasse jamais 170 000 €, le statut d’autoentrepreneur est fait pour vous. De même, si vous proposez des prestations de services et que votre chiffre d’affaires reste en dessous de 70 000 €, c’est le statut idéal. Toutefois, sachez que si vous dépassez ces seuils pendant deux années consécutives, vous serez automatiquement basculé vers le régime d’entreprise individuelle au 31 décembre de la deuxième année de dépassement.

Un régime fiscal et social allégé

Être autoentrepreneur c’est bénéficier d’un amoindrissement des obligations fiscales. Simples et pratiques, ces obligations ont été mises en place pour faciliter votre fiscalité. Elles ne doivent surtout pas être source de dissuasion. Sur le plan social, les autoentrepreneurs disposent depuis le 1er janvier 2018 de la même protection que les salariés lorsque le RSI a été transféré au régime général de la Sécurité sociale. Le RSI fait alors place au SSI (sécurité sociale indépendants) pour la protection sociale des autoentrepreneurs.

Comme nous l’avons indiqué plus en amont, les dirigeants choisissent d’être autoentrepreneurs pour des raisons qui leur sont propres. Nous avons juste cité des critères à titre d’exemple. Par ailleurs, ce statut présente d’autres avantages qui pourraient vous pousser à le choisir.

Les avantages de l’autoentrepreneuriat

L’autoentreprise incarne certainement le mot simplicité à l’état pur. En effet à plusieurs niveaux et dans plusieurs registres tout a été simplifié. Les démarches de création et de cessation d’activités par exemple peuvent se faire en ligne pour les rendre plus accessibles et plus faciles à faire. Par ailleurs, pour créer votre microentreprise, vous n’avez pas besoin de faire de grosses formalités déclaratives. En ce qui concerne vos obligations comptables, elles sont tellement simples que vous pouvez même ne pas avoir à faire appel à l’expertise d’un comptable professionnel.

D’autre part, si vous décidez de devenir autoentrepreneur, vos charges seront considérablement réduites. Si par exemple, il manque des fonds pour la création de l’autoentreprise, ou encore si l’autoentrepreneur est chômeur au moment de la création, il peut bénéficier de l’ACCRE (Aide aux Chômeurs créant ou reprenant une entreprise). Il s’agit d’une exonération partielle des charges sociales qui durera trois ans. Cependant, d’autres aides de l’État peuvent être sollicitées même après ces trois ans. Retenez également que si l’autoentrepreneur ne perçoit pas de revenus, il ne paiera pas de charge. En outre, sous certains seuils, une microentreprise n’est pas soumise à la TVA.

Devenir autoentrepreneur : les inconvénients

Telle une médaille, le régime d’autoentreprise a également son revers. Connaître les inconvénients vous aidera à mieux comprendre pourquoi être autoentrepreneur requiert une grande réflexion.

L’un des premiers aléas de ce régime est certainement le fait de ne pas pouvoir distinguer l’autoentrepreneur de sa microentreprise. Ainsi, votre patrimoine personnel sera considéré comme étant celui de l’autoentreprise. Vos biens personnels peuvent donc servir à payer les dettes de votre autoentreprise. Vous endossez de fait plus de responsabilités en choisissant ce régime.

Par ailleurs, même si sa microentreprise prend de l’ampleur, l’autoentrepreneur n’aura pas le droit d’engager un salarié. Il devra dès lors tout gérer lui-même. En outre, si le chiffre d’affaires plafonné arrange les affaires des uns, il ne fait pas toujours celui des autres. Il sera également impossible pour l’autoentrepreneur de récupérer la TVA sur les achats.

Vous ne devez pas ignorer ces inconvénients pour éviter les mauvaises surprises lorsque votre microentreprise aura été mise en place.

Comment devenir autoentrepreneur ?

Après avoir analysé les raisons qui pourraient vous pousser à devenir autoentrepreneur et après avoir étudié les avantages et les inconvénients de ce statut, vous savez maintenant pourquoi être autoentrepreneur. À présent, voyons comment en devenir un.

Comme pour toute création d’entreprise, il faut accomplir des démarches et fournir les documents nécessaires en vue d’obtenir une immatriculation. Toutefois, tout a été pensé pour faciliter la création de cette forme d’entreprise. Vous devez remplir le Cerfa P0 ou « déclaration de début d’activité » en y indiquant entre autres vos informations civiles, les activités exercées, le lieu d’exercice (choix de la domiciliation), l’option choisie pour le versement des cotisations, etc. Cette étape peut se faire en ligne sur le site dédié à la microentreprise. Ce document devra ensuite être remis au Centre de formalités des entreprises compétent. Il faudra cependant l’accompagner d’une pièce d’identité, d’un justificatif de domicile datant d’au moins trois mois, et d’une déclaration de non-condamnation.

Pensez en outre au fait que vous devez déclarer votre activité, car sa nature fera en sorte que vous soyez immatriculé au RCS (registre du commerce et des sociétés) ou au RM (répertoire des métiers). En effet, si vous exercez une activité commerciale, vous serez au RCS. En revanche si votre activité est d’ordre artisanal, vous serez immatriculé au RM.

En plus d’être facile à gérer, l’autoentreprise est également facile à mettre sur pied. Tous ces avantages font la force de ce régime.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires