Tout savoir sur le prêt professionnel

Se lancer en affaires implique nécessairement des investissements financiers. Ce besoin se répétera de nombreuses fois au cours de la vie de l’entreprise. Il est possible, pour les entrepreneurs, de faire une demande de prêt professionnel, afin de faire face à ces exigences. Voici en quoi consiste le prêt professionnel et son fonctionnement général.

comparez les organismes de financement

comparer

Qu’est-ce qu’un prêt professionnel ?

Le prêt professionnel est réalisé entre un entrepreneur et une institution bancaire. Il se produit à la demande du premier, lorsque celui-ci a besoin d’aide financière, soit pour une aide au démarrage, ou encore pour permettre à l’entreprise de croître par de nouveaux projets de développement. Ceux-ci peuvent être d’ordres divers, selon les besoins du moment, ainsi que de l’activité de l’entreprise. Cependant, tous les secteurs ont accès à ce type d’aide, sans distinction. 

Seules les personnes morales (sociétés) et travailleurs indépendants peuvent faire une telle demande à une institution bancaire. On comprend donc que la taille de l’entreprise n’entre pas en jeu, puisque les sociétés peuvent compter un grand nombre d’employés, alors que la personne qui exerce une activité professionnelle indépendante n’en comptera qu’un seul.

Évidemment, l’argent emprunté devra être remboursé à la banque par l’entrepreneur, sur une durée déterminée lors de la signature du prêt. Pour une simulation gratuite de prêt professionnel, rendez-vous sur Partners Finances.

Que peut-on financer avec un prêt professionnel ?

Le prêt professionnel concerne deux types de financement : ceux qui serviront au démarrage de l’entreprise et d’autres à des financements divers subséquents. Il serait impossible d’étudier tous les cas de figure en un seul article, mais nous identifierons maintenant quelques possibilités.

Démarrage

Lorsque l’on se lance en affaires, il existe plusieurs façons de procéder.

On peut, par exemple, décider d’acquérir des droits d’entrée dans une franchise. Les frais pour ceux-ci pourront être considérés lors d’une demande de prêt professionnel.

Une autre possibilité est le rachat d’une entreprise déjà existante, ou encore de parts sociales ou d’actions dans une société en fonction. Encore une fois, la banque pourra considérer l’octroi d’un prêt dans ces circonstances.

Enfin, tous les frais reliés à l’ouverture d’une nouvelle compagnie pourront eux aussi être acceptés pour ce type de prêt.

Développement

Il existe un plus grand nombre de situations où le prêt professionnel pourra être octroyé, lorsqu’il s’agit du développement de l’entreprise. On pense ici à des besoins de base, tels qu’une voiture ou la location de bureaux.

Certaines entreprises auront besoin d’acquérir de l’outillage, alors que d’autres devront se doter de brevets ou acheter des marques concurrentes.

Les besoins informatiques sont de plus en plus importants en entreprise. Il est donc probable qu’elles aient besoin de se fournir en logiciels et autres matériels servant à la communication.

Enfin, mentionnons la possibilité de se construire un ensemble immobilier. Toutes ces situations pourront être étudiées pour un prêt professionnel, de la part d’une institution bancaire.

En quoi consiste un prêt professionnel ?

Lorsqu’un entrepreneur négocie un prêt professionnel avec sa banque, les deux parties devront s’entendre sur quatre éléments importants.

Tout d’abord, quel montant sera octroyé au demandeur ? Il sera déterminé par les besoins auxquels le prêt est associé. Il faudra donc bien étayer les dépenses liées au projet en question, afin que la banque ait une vision claire de l’utilisation future du montant nominal qu’elle fournira, si elle procède au prêt.

L’institution bancaire devra déterminer un taux d’intérêt, pour le prêt qu’elle offrira à son client. C’est la façon qu’elle possède de se rémunérer pour le service rendu à l’entreprise. Pour établir celui-ci, la banque tiendra compte du risque qu’elle prend en prêtant cet argent. Plus il est élevé, plus le taux d’intérêt le sera aussi. À l’entrepreneur, par la suite, d’accepter ou non l’offre.

Un autre élément important, est la durée du prêt. Elle détermine en combien de temps l’argent remis à l’entrepreneur, pour l’aider dans ces projets, devra être entièrement remboursé. Pour ce faire, il faudra déterminer le montant mensuel qui devra être versé par l’entreprise à la banque.

Enfin, les deux parties discuteront des modalités de remboursement, afin de déterminer la possibilité, ou non, d’un remboursement partiel ou entier, avant que le cycle complet du prêt ne soit réalisé.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires