Cooptation : Quels sont les inconvénients de cette méthode de recrutement ?

Le recrutement est un processus essentiel des ressources humaines. Toutefois, trouver les candidats idéals pour les postes concurrentiels peuvent s’avérer difficile. Grâce à la cooptation, l’entreprise déniche des profils rares tout en impliquant leurs collaborateurs dans le processus de recrutement.

Comment fonctionne la cooptation ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Tout ce qu’il y a à savoir sur cette méthode de recrutement dans les lignes qui suivent.

comparez les logiciels de paie

comparer

Comment marche la cooptation ?

La cooptation ou recrutement participatif ou parrainage est une méthode de recrutement qui consiste à demander aux salariés de faire appel à leur réseau pour trouver des profils correspondant à une offre d’emploi dans l’entreprise. À la clé, le salarié reçoit une prime dont le montant peut aller jusqu’à 2 000 euros selon les entreprises si le candidat qu’il recommande est effectivement embauchée.

D’une manière générale, lorsqu’il y a un poste à pourvoir dans l’entreprise, le manager ou le responsable RH informe en interne les collaborateurs et leur demande de recommander une connaissance (un membre de la famille, un ami, un ancien collègue ou un ancien camarade de promotion…).

Quels sont les inconvénients de la cooptation ?

Si cette méthode de recrutement a de nombreux avantages certains, aussi bien pour l’entreprise que pour le salarié qui coopte (le coopteur) ou la personne recommandée (le coopté), elle a aussi des inconvénients.

Les inconvénients pour l’entreprise

De nombreux recruteurs estiment que la cooptation entraîne le manque de diversité des profils. En effet, généralement, ce sont des candidats qui ont les mêmes profils qu’eux que les coopteurs cooptent (même parcours universitaire, même parcours professionnel). De ce fait, l’entreprise risque de se retrouver avec des clones. Pourtant, ce manque de diversité peut mettre en péril la créativité, l’innovation et, à terme, la performance de l’entreprise. En effet, pour anticiper les changements et les évolutions de leurs métiers, les entreprises doivent disposer de différents points de vue.

Par ailleurs, ce mode de recrutement peut être perçu par certains salariés comme étant du piston. Ce qui n’est pas le cas bien entendu puisque la cooptation se base sur les compétences professionnelles et non sur les sentiments. D’ailleurs, le processus de recrutement est exactement le même pour un coopté que pour un candidat qui a postulé via un processus classique. Pour d’autres salariés, la cooptation encourage l’individualisme, les copinages et les conflits internes dans l’entreprise à cause de la prime de cooptation. Cette dernière réduirait, en effet, les recommandations désintéressées.

Enfin, la cooptation est une méthode de recrutement supplémentaire. Ce qui veut dire qu’elle nécessite la mise en place d’un autre système de recrutement. Ce qui n’est pas toujours évident, car il y a de nombreux points à gérer : gestion des candidatures (les grandes entreprises peuvent traiter jusqu’à plus de 300 CV par mois transmis par leurs salariés), gestion des primes de cooptation, etc. En outre, elle engendre des coûts, notamment sur la prime versée au coopteur.

Les inconvénients pour le coopteur

Recommander une connaissance engage la réputation et la responsabilité du salarié. Cela peut peser sur ses épaules et l’inciter à presser le coopté pour prouver à l’entreprise qu’il a bien fait de le recommander.

Ainsi, si la personne recommandée n’est pas à la hauteur des attentes du recruteur, le salarié qui le recommande peut perdre en crédibilité,. de même, s’il quitte l’entreprise au bout de quelques mois, cela peut avoir de la répercussion sur le coopteur.

Les inconvénients pour le coopté

Tout comme le coopteur, le coopté subit une pression énorme sur ses épaules. En effet, il doit se surpasser pour prouver à ses collègues qu’il a été engagé pour ses compétences professionnelles et non pour ses relations. Par ailleurs, il doit également prouver à son parrain qu’il mérite le poste, au risque de générer des conflits. S’il change de projets ou s’il trouve une opportunité plus intéressante autre part au bout de quelques mois, il lui sera difficile de quitter l’entreprise.

Enfin, les managers auront tendance à confier des missions difficiles au coopté dès le début puisqu’il est compétent et parce qu’il connaît déjà la culture de l’entreprise grâce à son parrain.

Comment profiter des avantages de la cooptation sans les inconvénients ?

Malgré ces inconvénients, de plus en plus d’entreprises utilisent la cooptation pour recruter, ce, grâce à ses avantages.

En effet, pour l’entreprise, la cooptation permet de :

  • Découvrir des profils de qualité, d’ailleurs, cette méthode de recrutement est fréquemment utilisée pour trouver des profils pénuriques, des cadres, etc.
  • Trouver un collaborateur compétent et de confiance
  • Accélérer le processus de recrutement
  • Réduire les coûts du recrutement
  • Véhiculer une bonne marque employeur.

De plus, cette méthode de recrutement favorise l’implication des collaborateurs et augmente leur sentiment d’appartenance à l’entreprise.

Dans les grandes sociétés aux profils différents, la cooptation permet de trouver plus facilement des talents rares. De plus, le risque de clonage est limité, voire nul. Au contraire, elle permet d’apporter un nouveau souffle à l’entreprise. Pour les autres, il faudrait mettre en place un système de cooptation inclusif pour que cette méthode de recrutement soit pleinement bénéfique pour l’entreprise.

Par ailleurs, il faudrait également diversifier les canaux pour recruter de nouveaux collaborateurs et ne pas se contenter de cette méthode de recrutement en interne. D’ailleurs, dans l’idéal, elle doit être minorité dans l’embauche. En un mot, il faudrait éviter d’en abuser. Lorsque le recruteur utilise la cooptation pour une offre d’emploi, il est recommandé de la poster sur d’autres canaux pour diversifier le sourcing et les profils : site de l’entreprise, plateforme d’offres d’emploi, forum… Il est pareillement possible de nouer des collaborations avec des universités, des grandes écoles pour encourager la candidature des juniors, etc.

En outre, pour limiter les risques de recommandation désintéressée, il faudrait mettre en place quelques règles :

  • Un salarié ne peut recommander plus d’une personne pour un poste
  • Le montant de la prime de cooptation ne doit pas être excessif
  • Etc.

En somme, la cooptation est une méthode de recrutement efficace qui permet de trouver des talents sans mettre en place un long processus de recrutement. À condition de l’utiliser correctement. Autrement, elle peut exposer l’entreprise au risque de passer à côté de candidats intéressants, car ils n’auront pas été recommandés par des collaborateurs en interne.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires