Stagiaire ou apprenti : Quel profil choisir ?

Votre entreprise s’agrandit et vous recherchez de nouveaux profils pour compléter votre équipe ? Pourquoi ne pas se tourner vers un stagiaire ou un apprenti en alternance ? En effet, la collaboration entre ces deux parties vous offre un accord gagnant-gagnant. Mais avant tout, il convient de bien cerner les spécificités qui concernent un stagiaire et un apprenti (ou alternant). Quelles obligations les entreprises doivent-elles respecter ? Quel profil peut leur convenir ? Et comment trouver le meilleur candidat ? Dans ce guide, faisons le point sur le cas du stagiaire et de l’apprenti.

comparez les logiciels de paie

comparer

Apprenti ou stagiaire ? Quelles sont leurs différences ?

Un stage ou bien une formation en alternance est une étape importante dans le parcours d’un étudiant dans le but de parachever ses études ou pour acquérir une expérience professionnelle. Bien que ces deux systèmes se ressemblent, d’énormes différences peuvent être notées, notamment sur leur mode de fonctionnement.

Créée pour compléter les cours théoriques dispensées au sein d’un établissement supérieur, la formation par alternance est un contrat de travail à temps partiel destiné aux étudiants de 16 à 29 ans. Débutant par un contrat d’apprentissage, elle peut se transformer en un contrat à durée indéterminée (CDI) à la fin du cycle de formation de l’étudiant. Toutefois, sa durée ne peut excéder les 36 mois, durant laquelle son employeur devra se référer aux dispositions du Code du travail.

Quant au stagiaire, l’étudiant ne signe qu’une convention de stage de 2 à 6 mois selon les besoins de l’étudiant (stage de découverte, stage d’application ou stage de fin d’études). Malgré le fait qu’il réalise des tâches de nature professionnelle, son passage en entreprise reste purement pédagogique. Ainsi, il ne dispose pas du même titre et des mêmes avantages financiers que celui d’un employé ou d’un apprenti (salaire, indemnités, etc.). Malgré tout, cela n’empêche pas le dirigeant d’entreprise de lui offrir une « gratification » si l’étudiant réalise un stage de plus de 309 heures consécutives pendant une même année scolaire ou universitaire (soit 44 jours de 7 heures).

Stagiaire ou apprenti : Bien choisir selon les besoins et les moyens de l’entreprise

Recruter un stagiaire ou un apprenti est dans tous les cas bénéfique à une entreprise. Sur le plan professionnel, cela permet de pourvoir un poste vacant dans une entreprise, tout en réduisant la surcharge de travail des salariés. Contrairement à ce que l’on peut croire, le manque d’expérience professionnelle du jeune diplômé avantage l’entreprise. Cela facilite l’adaptation aux méthodes de travail de cette dernière. Dans le cas où le résultat du stage ou l’alternance est fructueux, cela simplifie le recrutement de nouveaux collaborateurs compatibles à votre culture d’entreprise et qui viendront lui donner une nouvelle dynamique.

Dans tous les cas, avant d’opter pour un stagiaire ou un alternant, le dirigeant d’entreprise doit adapter les besoins de la société aux obligations légales concernant la formation par alternance et le stage en entreprise fixés par le Code du travail.

Pour recruter un apprenti ou un alternant, le responsable d’entreprise peut le souscrire à deux types d’engagements : le contrat d’apprentissage ou le contrat de professionnalisation. Le premier est généralement destiné aux apprentis jouissant du statut d’étudiant dans le cadre de l’obtention d’un diplôme d’État ou pour l’inscription dans le RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) ; tandis que le deuxième est ouvert à tout profil de demandeur d’emploi à la recherche d’une reconversion professionnelle. Dans les deux cas, l’entreprise désignera un tuteur ou un maitre d’apprentissage possédant au moins un diplôme équivalent à celui préparé par son protégé. De plus, le tuteur devra avoir une expérience minimale de 3 ans sur le poste concerné. Selon l’âge et le niveau d’études de l’apprenant, il pourra bénéficier d’une rémunération à partir de 27 % du SMIC (contrat d’apprentissage) ou de 55 % du salaire minimum de croissance à partir de la troisième année d’apprentissage.

Dans le cas où l’entreprise opte pour un stagiaire, il devra dans tous les cas établir une convention de stage entre plusieurs parties, dont l’étudiant, son école, son tuteur académique, son tuteur de stage, ainsi que l’organisme qui l’accueille. Ce document doit alors comporter au moins les points suivants :

  • L’intitulé de la formation ou du cursus du stagiaire ;
  • Le volume horaire annuel d’enseignement à respecter ;
  • La date du début et de la fin du stage ;
  • La durée hebdomadaire de présence ;
  • Les missions attribuées au stagiaire ;
  • Les informations concernant le tuteur et de son enseignant référant ;
  • Les gratifications et les avantages éventuels du stagiaire (selon la convention collective).

Toutefois, l’entreprise doit respecter un seuil minimum quant au nombre de ses stagiaires : 3 au maximum pendant une même période pour les sociétés de moins de 20 salariés, et pas plus de 20 % de l’effectif pour les plus de 20 employés.

Comment trouver le meilleur stagiaire ou apprenti ?

Pour prévoir une saison de forte activité dans une entreprise, les dirigeants font souvent le choix de recourir à l’appui des jeunes étudiants en alternance ou aux stagiaires. Face aux nombreuses institutions de formation professionnelle et à la multitude d’universités, dénicher le bon profil reste une mission délicate. L’entreprise devra alors adopter une stratégie de recrutement ciblée et réactive à la fois. Pour ce faire, il est primordial d’identifier les besoins et les attentes recherchés sur chacun des profils (niveau d’études, fonction, durée du stage ou de l’apprentissage, etc.). Une fois le portrait-robot de vos futurs apprentis ou stagiaires établi, il convient de rédiger une offre attrayante pour gagner en visibilité auprès d’eux et vous démarquer de la concurrence. Votre proposition devra aller immédiatement à l’essentiel avec des informations directes (intitulé du poste, présentation de l’activité de l’entreprise, conditions de travail, compétences requises…), tout en évitant les mots discriminatoires liés à la situation familiale, le physique ou à l’état de santé.

La diffusion de l’offre se réalisera par l’intermédiaire de plusieurs moyens comme :

  • Les cabinets de recrutement pour stagiaires ou apprentis ;
  • Les sites d’emplois destinés à votre cible ;
  • Les sites internet des universités et des écoles ;
  • Les réseaux sociaux professionnels (principalement LinkedIn) ;
  • Les forums d’étudiants ;
  • Le réseau personnel d’un salarié de l’entreprise ;
  • Etc.

Avant toute embauche, il est important de procéder à un entretien de stage ou d’alternance afin de valider le savoir-faire minimum du candidat. Pour les assister dans la rédaction des divers contrats et dans leur processus d’embauche, les entreprises peuvent recourir aux aides des spécialistes dans la gestion des ressources humaines ou dans la législation du travail.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires