Le besoin en fonds de roulement (BFR)

Si vous êtes jeune entrepreneur, peut-être ne connaissez-vous pas le fonctionnement et la mise en œuvre de ce que l’on nomme rapidement le B.F.R., le besoin en fonds de roulement. Toute entreprise a besoin de ressources d’exploitation, et ce pour des raisons diverses que nous détaillerons ensuite, de trésorerie pour boucler son bilan comptable. Zoom sur l’un des indicateurs financiers les plus utiles.

créez votre société

comparer

Définition du Besoin en Fonds de Roulement BFR

Ce besoin de ressources financières est dû aux écarts entre les encaissements et les décaissements. Le BFR répond à la nécessité de disposer de « cash » à un instant T, pour répondre aux frais courants de la société. Il est calculé en fonction de recettes futures (déjà facturées, mais non encore encaissées) et de dettes fournisseurs prévues, mais non acquittées.

Cette trésorerie à mobiliser est vitale au fonctionnement de toute entreprise, pour payer les locaux, machines, équipements, et les salaires des employés par exemple.

Cet indicateur doit apparaitre dans le bilan comptable prévisionnel et le business plan transmis aux éventuels investisseurs ou banquiers.

Comment calculer le besoin en fonds de roulement ?

Pour calculer votre besoin en fonds de roulement, trois données sont nécessaires.

  • Tout d’abord vos créances, ou autrement dit, vos « factures » établies, mais pas encore encaissées. Il s’agit des créances auprès de vos clients, mais aussi sociales (remboursement URSSAF…) ou encore de dettes fiscales (remboursement de TVA…)
  • Vient ensuite votre stock disponible (stock moyen, rotation des stocks, matières premières, etc.)
  • Et enfin ce que l’on nomme les dettes, pouvant comprendre, les dettes fournisseurs, les dettes fiscales et sociales auprès des impôts (TVA, IS…), ou d’autres services de l’état (URSSAF, retraite, ASSEDIC…)

Le calcul du besoin de fonds de roulement découle alors de ces trois chiffres, on peut parler d’actif circulant et de passif circulant à court terme, étant donné qu’il s’agit de soustraire ce qui devra être payé à ce qui doit être perçu.

BFR = Stock + Créances – dettes (hors emprunts)

Le BFR est donc la différence entre les emplois d’exploitation et les ressources d’exploitation (dettes fiscales, stock moyen, etc.).

Comment expliquer le besoin en fonds de roulement ?

Le besoin de fond roulement livre des enseignements sur la gestion de l’entreprise.

Le BFR négatif

Les entreprises à BFR négatif se caractérisent par le fait que leur cycle d’exploitation induit peu de stock (ou à rotation rapide) et un encaissement rapide des clients. Elles se retrouvent par exemple dans le secteur d’activité de services, de la grande distribution ou de la restauration. En effet les clients paient immédiatement alors que les entreprises paient leurs fournisseurs à 30 ou 60 jours.

Un besoin en Fonds de roulement très faible ou négatif constitue un facteur stratégique favorable au développement d’une politique de croissance financée sans recours à des investisseurs extérieurs pour des ressources financières.

Le BFR positif

À l’inverse, le BFR positif n’est pas pour autant signe d’une mauvaise santé de l’entreprise, il souligne juste une mauvaise utilisation de cet argent, pouvant être mobilisé ou optimisé. Ce besoin de fonds de roulement doit être appréhendé comme un investissement, étant donné qu’il est calculé sur une anticipation du chiffre d’affaires. Il est en ce sens assimilable à une avance sur trésorerie à faire.

Dans la plupart des entreprises, ce besoin est couvert par des capitaux que l’on dit permanents : les fonds propres de l’entreprise, des subventions, ou des dettes fiscales et sociales à régler sur le long ou moyen terme.

Mais, les banques, face à une entreprise qui a montré sa capacité de gestion des stocks (rotation des stocks), ou face à de nouvelles perspectives de chiffres d’affaires peuvent accepter de pourvoir au besoin en fonds de roulement. Il s’agit ensuite de prendre en compte la nature même du cycle d’exploitation de l’entreprise. Quelle est l’activité de l’entreprise ? A-t-elle un caractère saisonnier ? Les cycles produisent-ils un passif circulant à court ou long terme ? Tous ces paramètres influent de manière décisive sur le besoin en fonds de roulement d’une entreprise.

La croissance de l’entreprise influe en augmentant le volume du besoin en fonds de roulement, c’est la raison des difficultés de trésorerie que certaines entreprises rencontrent si leur propre rentabilité ne permet pas de faire face au surcroit de liquidité nécessaire. Il est donc très important d’être vigilant et précis. En rapportant votre besoin en fonds de roulement en nombre de jours de chiffre d’affaires, il est plus facile d’anticiper l’évolution de votre trésorerie.

Un entrepreneur a de toute façon, les meilleures raisons de chercher à comprendre le besoin de fonds de roulement de son entreprise. Un BFR trop important crée de fait un lien de dépendance vis-à-vis de créditeurs, c’est pour ça qu’il s’agit de pouvoir anticiper au mieux sur le secteur d’activité de l’entreprise, et de tenter de présenter un besoin en fonds de roulement ni trop positif ni trop négatif.

En conclusion, la compréhension du besoin en fonds de roulement de votre entreprise est essentielle quant à son évolution et à sa bonne santé financière, n’hésitez pas à demander conseils auprès d’organismes spécialisés, ou de mettre en concurrence les différentes banques, ou officines financières.

Il s’agit souvent de bien prendre le temps d’expliciter les spécificités de votre entreprise, à chaque activité correspond souvent une nature bien distincte de besoins.

Quelle est la différence entre FR et BFR ?

D’un côté, le fonds de roulement ou FR désigne les capitaux permanents dont dispose l’entreprise après investissement en immobilisations pour financer l’exploitation. 

D’un autre côté, le besoin en fonds de roulement ou BFR correspond à la somme d’argent dont l’entreprise a besoin pour lancer ses activités, mais qu’elle ne pourra récupérer avant de percevoir ses premières recettes. Autrement dit, le besoin en fonds de roulement est le décalage de trésorerie entre les dépenses et les recettes. Le montant du BFR dépend des délais de paiement applicables entre la vente du produit ou de la prestation et l’achat des marchandises ou de matières premières auprès des fournisseurs de l’entreprise.

Le fonds de roulement se calcule par la différence entre les ressources durables et les actifs mobilisés. Alors que le besoin de roulement est la différence entre les actifs circulants et les passifs circulants, à l’exception des dettes financières. Il permet de savoir si les capitaux à long terme (les capitaux propres plus les emprunts à long terme) sont suffisants pour financer l’actif immobilisé. Et détermine la partie des capitaux à long terme en excédent ou insuffisants.

Quel est l’impact du BFR sur la trésorerie d’entreprise ?

Si le BFR est positif, cela veut dire que l’entreprise a un grand besoin en fonds de roulement. En effet, la trésorerie qu’elle détient grâce à ses dettes ne lui permet pas de financer ses actifs circulants à court terme. Elle devra donc puiser dans son fonds de roulement pour financer ses activités. Si ce dernier ne suffit pas, elle devra avoir recours à des ressources financières extérieures telles qu’un emprunt bancaire ou un apport en capital pour améliorer son besoin en fonds de roulement.

À l’inverse, si le BFR est négatif, l’entreprise dispose à l’instant T de suffisamment de trésorerie pour financer son actif circulant. Un BFR négatif est très courant dans la grande distribution où les clients paient en temps réel ce qu’ils sont achetés alors que l’entreprise ne paie ses fournisseurs que plus tard.

Le besoin en fonds de roulement a un grand impact sur la trésorerie de l’entreprise. Un BFR trop important peut entraîner des difficultés financières très importantes. Il est donc essentiel pour le chef d’entreprise de garder un œil sur son montant et de chercher constamment à le diminuer. Pour cela, il doit agir sur les éléments qui entrent dans le calcul du BFR, c’est-à-dire stocks, les créances clients et les dettes fournisseurs. 

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires