Est il préférable de créer son entreprise en franchise ?

En 2017, la France comptait 74 102 franchisés et 1976 franchiseurs. Bâtiment, nettoyage, restauration, alimentaire, immobilière, voyage… tous les secteurs d’activités sont concernés par la franchise. Quand on sait qu’un franchisé a deux fois plus de chance de réussir son projet qu’un indépendant, on comprend pourquoi entreprendre en franchise a autant de succès. Mais la franchise n’a-t-elle que des avantages ? Nous allons voir ces avantages et inconvénients dans ce dossier.

créez votre société

comparer

Entreprendre en franchise : les points positifs

La franchise est une forme de collaboration contractuelle entre une entreprise déjà connue et un nouvel entrepreneur (le franchisé). Pour ce dernier, cette collaboration présente de nombreux avantages.

Une notoriété préétablie

Le contrat de franchise donne le droit au franchisé d’utiliser et d’exploiter le nom, la marque et l’enseigne du franchiseur sous certaines conditions. Ainsi, il bénéficie d’une image de marque établie et connue du public dès le début de son exploitation entrepreneuriale. Cette notoriété est utile pour un démarrage et un développement rapide de ses activités.

Une puissance publicitaire non négligeable

La communication est un levier de développement important. Rejoindre un réseau de franchise plutôt que créer son entreprise seul permet d’être connu rapidement au niveau national, voire même international.

Une base de clients certaine

Effectivement, le fait d’adhérer à une enseigne connue permet de bénéficier d’un large réseau de clientèle. C’est également un bon moyen de rassurer ses futurs clients. Ainsi, pour le franchisé, construire son identité ne prend pas autant de temps qu’entreprendre seul.

Une concurrence maitrisée

Le contrat de franchise comporte souvent une clause d’exclusivité territoriale. Ce qui veut dire que le franchiseur s’engage à concéder au franchisé un territoire géographique avec une exclusivité d’enseigne ou de marque (pas de concurrents directs de la même franchise dans le même emplacement géographique).

Un accompagnement sur-mesure

En outre, le franchisé bénéficie d’un système d’accompagnement pendant toute la durée du contrat. Cela se traduit par des conseils pour les entrepreneurs (techniques ou juridiques), une aide à la gestion (trésorerie, stock, comptabilité) et à l’établissement du business plan, une assistance permanente (formations initiales ou continues et séminaires réguliers) et une transmission du savoir-faire.

Pour information, selon un chiffre publié par l’Insee, 25 % des entreprises échouent dans les 2 premières années d’ouverture, et 49,5 % dans les 5 premières années d’exploitation.

Des conditions d’achat préférentielles

La plupart proposent en contrepartie une gamme de produits ou de services qu’il a conçu ou acquise que les franchisés peuvent acheter à des conditions avantageuses.

Une facilité de financement

Une enseigne connue ne rassure pas seulement les clients, elle rassure également les organismes financiers. En un mot, un franchisé a plus de chance d’obtenir un crédit professionnel et/ou des aides à la création d’entreprises qu’un entrepreneur isolé.

Et les points négatifs ?

Malheureusement, la franchise a aussi ses points faibles. Aussi est-il important de comparer les réseaux avant de conclure un contrat avec des franchiseurs.

Un investissement de départ conséquent

Ce point constitue le principal frein des entrepreneurs à opter pour le système de la franchise. En effet, l’investissement de départ inclue outre les frais de création (fonds de commerce, achat de stock, travaux éventuels…), un droit d’entrée en contrepartie des services fournis : étude de marché, droit d’enseigne et de marque, communication, assistance à la création et assistance au démarrage, etc. Il existe également des redevances périodiques (forfaitaire ou calculée sur la base du chiffre d’affaires) que le franchisé doit verser régulièrement pendant toute la durée du contrat.

Une marge de manœuvre limitée

Le franchisé est tenu de respecter les normes et les standards de qualité établis. Ce qui l’oblige à refréner les initiatives personnelles en termes d’innovation, de communication, de mobiliers, d’emplacement, d’exigences, etc. Ainsi, même si le franchisé reste maitre de son entreprise (gestion, prix de vente…), il n’est pas entièrement indépendant dans le choix de ses produits ou services.

Des obligations strictes

Le contrat de franchise oblige le franchisé à respecter certaines exigences, notamment la clause de non-concurrence à la fin du contrat. En outre, le contrat peut imposer des contrôles inopinés (enquête sur la satisfaction clientèle, visite-surprise du point de vente…).

Une exclusivité d’approvisionnement

La clause d’exclusivité interdit au franchisé d’acheter ses stocks ailleurs.

Cession du fonds de commerce plus complexe

Si le franchisé décide de céder son entreprise, la cession ainsi que le nouvel acquéreur doivent avoir l’approbation du franchiseur. C’est la clause d’agrément.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires