Combien coûte l’affacturage ?

L’affacturage est un mode de financement à court terme qui permet à une entreprise de régler ses factures clients avant l’échéance fixée. Néanmoins, bien que cela lui évite d’être insolvable, c’est un dispositif qui représente un coût assez conséquent. En principe, la structure paie deux commissions et éventuellement des frais annexes à la société d’affacturage appelée « factor ». Il s’agit de la commission de financement et la commission de gestion d’affacturage. Quel est donc le coût de cet affacturage ? C’est ce que nous allons découvrir dans cet article.

comparez les organismes de financement

comparer

La commission de gestion d’affacturage

La commission d’affacturage correspond à la rémunération du factor pour les différents services réalisés. Ces prestations concernent notamment :

  • La relance et le recouvrement des créances
  • La gestion administrative
  • L’assurance de paiement des sommes dues ou l’assurance-crédit

Elles incluent la recherche des renseignements sur la solvabilité des acheteurs et la comptabilisation journalière. Mais également, la gestion des factures, avoirs, règlements et effets de commerce, le contrôle des retards de paiement et des relances, la détection de litiges, etc.

En outre, il faut savoir que le coût de cette commission est sujet à variation. En effet, il dépend de plusieurs paramètres non négligeables. Entre autres :

  • L’existence d’assurance-crédit pour la protection du poste client
  • Le volume de travail
  • La situation financière de l’entreprise et le profil du dirigeant/client
  • L’activité et le mode de facturation de l’entreprise

D’une manière générale, le taux de la commission d’affacturage varie entre 0,7 % et 2,5 % du chiffre d’affaires TTC confié au prestataire de services.

La commission de financement

La commission de financement est la rémunération de la société d’affacturage pour l’avance de fonds réalisée par celle-ci. Le taux d’intérêt qui s’applique dans ce cas est similaire à un prêt bancaire classique.

D’une manière générale, trois variables permettent de déterminer la commission de financement :

  • Le montant investi mis à disposition
  • Le taux d’intérêt
  • La durée de l’avance

Les frais annexes

Dans certains cas, le factor impose le règlement de divers frais annexes pour l’affacturage. Il s’agit du forfait de rémunération de celui-ci pour la réalisation de certaines opérations. D’ailleurs, ces frais dépendent de la nature et du nombre des opérations effectuées. En général, il s’agit de :

  • Frais de dossier : frais négociables au moment de l’établissement des contrats. Ils se situent entre 100 et 1 000 euros.
  • Frais d’agréments clients : frais supplémentaires entre 10 et 20 euros à chaque nouveau client (en cas de dépassement du nombre d’agréments dans le contrat)
  • Frais de connexion aux services Internet : pour l’accès au portail de gestion

Le fonds de garantie

Le coût de l’affacturage peut également tenir compte d’une retenue de garantie si le factor la demande. C’est une retenue de 10 % à 20 % sur le montant des créances financé par la société d’affacturage. Plus concrètement, cette dernière donne 90 % de l’avance de trésorerie à l’entreprise et retient les 10 % pour fonds de garantie. Lorsque le minimum de fonds de garantie est constitué, le factor restitue les 10 %. Ce pourcentage varie alors en fonction de la situation de la structure ou du secteur d’activité.

Par ailleurs, certains affactureurs peuvent inclure dans leur contrat un fonds de réserve. Ceci est restitué à la fin du contrat d’affacturage.

Le calcul du prix du contrat et du taux d’affacturage

En règle générale, le prix du contrat de l’affacturage est déterminé par deux taux distincts. D’un côté, il y a le taux d’intérêt financier ou taux bancaire sur l’avance de fonds du factor. D’un autre côté, il y a le taux de gestion et des frais de service sur les diverses opérations effectuées par la société d’affacturage. Toutefois, l’entreprise peut être tenue de s’acquitter de certains frais complémentaires comme les frais d’inscription, le système d’information, etc.

En outre, le taux d’affacturage est calculé à partir de deux paramètres :

  • Le risque d’achat des factures
  • Le volume à affacturer

Les factors imposent généralement un faible taux pour les achats à faible risque avec un volume élevé. Inversement, le taux d’affacturage est beaucoup plus élevé pour les transactions à haut risque avec un faible volume. Mais encore, le secteur d’activité peut influencer le coût de l’affacturage. Effectivement, les secteurs à faible risque (transport, administration…) reçoivent un taux d’affacturage plus bas par rapport aux autres secteurs. Certains secteurs à risque élevé (industrie, construction…) se voient obtenir un taux plus conséquent.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires