Comment obtenir le nacre ?

La création d’une entreprise est un projet d’envergure qui se heurte souvent à des obstacles qui démotivent souvent l’entrepreneur. En effet, à cause du manque d’expérience, des différents facteurs qui influent sur ce projet, à la difficulté à rechercher un financement, il devient difficile pour les entrepreneurs de concrétiser leurs projets de création ou de reprise d’une entreprise. C’est justement pour venir en aide aux jeunes qui souhaitent créer une entreprise, que l’État a mis en place un dispositif d’accompagnement, le NACRE ou nouvel accompagnement à la création ou la reprise d’entreprise. Il s’agit d’un ensemble d’aides destinées à appuyer un projet de création d’entreprise ou de société. Comment fonctionne le NACRE ? Qui peut en bénéficier ? Comment l’obtenir ? Nous y répondons dans cet article.

comparez les banques pros

comparer

Dispositif NACRE, de quoi s’agit-il ?

La création d’une entreprise se fait, en général, en plusieurs étapes. Chaque phase du projet nécessite un besoin particulier, que ce soit au niveau des connaissances requises pour faire face à un obstacle, ou financier. Ce dernier point représente en général la plus grande difficulté lors de la concrétisation du projet.

En effet, pour réaliser l’apport nécessaire en capital, l’entrepreneur doit souvent avoir recours au prêt bancaire. Cependant, ce mode de financement est loin d’être une solution adéquate à toutes les situations, en particulier lors de la création de l’entreprise.

Le dispositif NACRE permet de venir en aide en fournissant au porteur de projet l’accompagnement nécessaire à la concrétisation de son projet. Il s’agit d’un système d’aides, plus précisément un soutien individualisé destiné à ceux qui possèdent un projet entrepreneurial.

Le NACRE est disposé par un organisme spécialisé dans la création d’une entreprise et financé par l’État. Il est constitué en plusieurs phases.

La phase d’accompagnement au montage du projet

Lorsque vous êtes éligible au dispositif NACRE, vous disposez dans un premier temps d’une aide au montage de projet. Il s’agit principalement d’une assistance technique qui concerne la constitution de dossier pour financer le projet, la rédaction d’un business plan et la mise en place d’un critère d’auto-évaluation qui concerne à la fois l’entrepreneur et son projet.

C’est aussi l’occasion de mettre en avant les difficultés qui peuvent surgir, et qui concernent l’entreprise ou la société en question (même en activité) et de les anticiper. Bien qu’il ne s’agisse que de prémices, cet accompagnement est essentiel, car il représente l’une des bases de la création de l’entreprise.

L’orientation et la recherche de financement

Dans la création d’entreprises, la recherche de financement est un point important que le futur entrepreneur doit aborder d’une manière raisonnée. À cause du manque d’expérience toutefois, cela peut s’avérer compliqué, en particulier en l’absence de garantie.

Le dispositif NACRE permet au porteur de projet de bénéficier d’un prêt à taux zéro et sans une garantie. Dans ce cas, les intérêts sont pris en charge par l’État. Ce prêt vaut au maximum 8 000 euros. Ce capital représente pour les créateurs de véritables aides au développement de l’entreprise.

L’accompagnement par le dispositif NACRE varie selon le type de projet, à savoir la création ou la reprise d’entreprise ou de société. Les principales différences se situent principalement au niveau de la durée.

Dispositif NACRE, qui sont les bénéficiaires ?

Les dispositifs d’accompagnement pour les entrepreneurs, à savoir l’ARCE, l’ARE, l’ACRE (anciennement ACCRE) et le NACRE, varient selon le statut de ces derniers.

Le statut de demandeur d’emploi est obligatoire pour être éligible à ces aides. Mais, pour certaines d’entre elles, certaines spécificités sont à considérer particulièrement.

  • L’ARE est une allocation au chômage et ne concerne pas spécifiquement la création d’entreprises. Elle nécessite un maintien de l’inscription à Pôle emploi, l’autorité responsable tenue de verser cette compensation financière ;
  • L’ACRE, quant à elle, consiste en une somme versée à un entrepreneur dans le cadre de la création ou de la reprise d’une entreprise pour alléger les cotisations sociales ;
  • L’ARCE est enfin une allocation, sous forme de versement de capital, destiné aux bénéficiaires de l’ARE qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise, et ce, durant la période d’indemnisation.

Pour le dispositif NACRE, les bénéficiaires doivent répondre à certaines spécificités, que ce soit au niveau de l’âge ou du statut professionnel. Ainsi, à part étant demandeur d’emploi, les bénéficiaires doivent être âgés de 18 à 25 ans et jusqu’à 29 ans s’il ne bénéficie pas d’une allocation chômage ou s’il est handicapé.

De même, l’accompagnement est destiné aux entrepreneurs qui souhaitent reprendre une société, en redressement ou en liquidation judiciaire, en particulier dans les zones urbaines sensibles ou ZUS quelle que soit la région concernée.

Prêt NACRE, comment l’obtenir ?

Parmi les aides et l’accompagnement dans la création d’une entreprise, la question financière est particulièrement difficile à aborder. Par conséquent, le prêt NACRE à taux zéro tient une place prépondérante dans l’accompagnement des créateurs d’entreprises. Ce prêt peut être remboursé en 5 ans maximum et il revient aux créanciers de payer les intérêts selon les articles L.511-6-5 et R.518-57 du Code monétaire et financier.

Pour bénéficier de ce prêt, vous devez faire une demande auprès de l’organisme conventionné de la région concernée (sauf Pôle emploi). Pour ce faire, les démarches sont les mêmes que vous soyez auto entrepreneurs ou souhaitez créer une société. Vous devez pour cela constituer un dossier détaillant votre situation, le projet et vos objectifs. À l’appui, la rédaction d’un business plan clair et convaincant serait l’idéal. Ensuite, vous devez trouver un créancier qui acceptera de vous accompagner pendant trois ans (durant laquelle les demandeurs bénéficient de l’accompagnement) et de vous accorder le prêt à taux zéro. Pour cela, il doit avoir signé un contrat avec l’État et la Caisse des Dépôts. Il étudiera ensuite votre dossier et le validera ou le refusera selon votre éligibilité. À l’issue de cette démarche, deux situations peuvent se présenter :

  • Si votre demande est acceptée, vous signez un contrat avec l’organisme et bénéficierez de l’accompagnement ainsi que du prêt ;
  • En cas de refus, vous avez le droit de former un recours.

Plusieurs raisons peuvent, d’ailleurs, justifier le refus de votre demande de prêt à taux zéro. Ainsi, si vous ne justifiez pas d’une difficulté à trouver un emploi, que vous soyez auto entrepreneur ou en phase de création d’une société, votre demande peut être refusée. C’est également le cas si votre dossier est non viable économiquement.

Par ailleurs, l’organisme qui vous accompagne dispose du droit de résilier le contrat (même en activité) en cas de manquement aux obligations de votre part. En cas de rupture de contrat, vous pouvez faire appel en étant assisté par un avocat.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires