Le plan de trésorerie

Un plan de trésorerie permet le calcul mois après mois du solde d’un compte bancaire. Un particulier peut en utiliser pour évaluer ses dépenses et entrées d’argent, mais la plupart du temps, ce sont les professionnels d’une entreprise qui effectuent ce plan de trésorerie prévisionnel pour évaluer la viabilité, la faisabilité de l’entreprise, avec ses possibles encaissements et décaissements dans le but de les présenter à leurs fournisseurs.
Le plan de trésorerie permet donc les prévisions de trésorerie, de quantifier les besoins nécessaires pour mieux les anticiper. C’est pourquoi il fait partie intégrante d’un business plan par exemple.

créez votre société

comparer

Qu’est-ce qu’un plan de trésorerie ?

Le plan de trésorerie est un tableau en fonction de toutes les entrées d’argent ainsi que toutes les dépenses prévues au cours de la 1ère année, en les ventilant mois par mois et en distinguant les différents types de mouvements de flux de trésorerie (créances, emprunts, dettes fournisseurs, stocks d’immobilisations, chiffre d’exploitation, opérations de banque, taux d’amortissements, etc.). En effet, chaque entrée ou sortie de fonds doit être portée dans la colonne du mois au cours duquel elle doit se produire normalement (par exemple, un achat effectué en octobre et payable en décembre doit être inscrit dans la colonne de décembre).

Les encaissements

Les encaissements sont essentiellement composés du chiffre d’affaires TTC, des apports en compte courant d’associé, du capital de départ, des subventions éventuelles…

Les décaissements

Les décaissements correspondent aux achats de marchandises, d’entretien, les salaires et charges sociales, les impôts, les honoraires, mais aussi les investissements, les remboursements de compte courant d’associé…

Le solde de trésorerie prévisionnel

Le solde est calculé en fonction de la différence entre les encaissements et décaissements. Ainsi solde du mois = encaissement du mois — décaissement du mois

Le solde cumulé comprend le solde du mois + le solde des mois précédents. Ainsi solde cumulé = solde cumulé du mois précédent + encaissement du mois — décaissement du mois.

Les problèmes de trésorerie sont fréquents dans une entreprise, du fait des décalages entre entrées d’argent et paiements : par conséquent, dresser un plan de trésorerie devient essentiel, voire crucial pour respecter les différents délais et ne ne pas grever la capacité d’investissement par exemple. Ce document, lors d’une création d’entreprises, fait parte intégrante du business plan.

Quels renseignements apporte le plan de trésorerie ?

Grâce à un tableau décrivant toutes les activités, entrées et sorties de fonds, il est facile de connaître la trésorerie du mois en cours ainsi que du solde cumulé d’un mois sur l’autre. Ce plan de trésorerie est un outil pour vérifier si tout ce qui est à payer à terme se fera sans aucun souci grâce aux disponibilités présentes. Par exemple, si le solde est négatif, cela implique qu’il faille trouver une solution avant le mois suivant afin de combler le déficit.

Afin de conserver une trésorerie saine, il faut alors prévoir quelques moyens pour intervenir comme :

  • (re) faire le plan de financement initial et prévoir d’autres sources de financement (Capital, crédit bancaire, crédit-bail…)
  • optimiser le besoin en fonds de roulement par une meilleure gestion du stock, la négociation de délais de paiement fournisseurs…
  • négocier l’utilisation de « crédits bancaires de fonctionnement » comme l’escompte, le découvert, etc.

Le tableau de suivi d’une trésorerie s’établit en prenant en considération le solde bancaire à date et les dates d’échéances des dépenses à venir, ainsi que des factures des clients qui restent à encaisser.

Il est conseillé de vérifier et de mettre à jour ce tableau chaque semaine ou tous les 15 jours au grand maximum, sachant qu’à la fin de chaque mois, il est impératif de remplacer les valeurs estimées par les valeurs réelles des dépenses et recettes.

On estime qu’un tableau de trésorerie doit couvrir en général une période de 6 mois à 1 an.

Comment établir un plan trésorerie ?

La forme la plus simple demeure la création d’un tableau, sous Excel bien souvent, dans lequel figurent mois après mois les différentes entrées et sorties de fonds prévues.

L’idéal est de rédiger le montant de la recette évaluée et le montant de la recette réelle au moment de l’encaissement. De même pour les dépenses.

Une fois que tous les postes d’entrée et de sorties de fonds sont notés et que toutes les opérations financières y sont reportées, un solde dégagé à chaque fin de mois apparaît et doit être reporté sur le mois suivant.

Il ne faut pas oublier de déduire les charges afférentes au même mois pour déterminer précisément le solde de chaque mois. À partir de ces opérations, il est possible clairement d’avoir un constat sur un possible déficit du compte de résultat (problèmes de trésorerie) ou au contraire, d’un solde de trésorerie positive.

Dans l’élaboration du tableau avec les valeurs des entrées et sorties d’argent, sont identifiés alors ce que l’on nomme les « décalages », lesquels peuvent de nature diverse comme :

  • des décalages liés au fonctionnement économique et commercial tels que des délais de paiement ;
  • des décalages liés à des délais déclaratifs (charges sociales, versement de salaires) ;
  • des décalages liés à la mécanique comptable (enregistrement de l’encaissement et dépense en HT ou TTC).

Tous ces décalages indiquent un écart dans le temps entre la fourniture du bien ou du service et le règlement effectif de la facture. Ces décalages, ces délais doivent s’intégrer parfaitement dans tout plan de trésorerie prévisionnel : certains sont faciles à intégrer comme les factures EDF, les délais de paiement et d’autres plus variable et aléatoire comme les délais de règlement des clients.

En somme, pour établir les prévisions de trésorerie, deux solutions se présentent :

  • soit transcrire les montants HT des budgets en TTC, poste par poste ;
  • soit calculer à partir des données HT les montants de TVA collectée et déductible par période observée.

Il convient alors de bien intégrer les deux temps financiers, à savoir les flux initiaux de recettes et dépenses qui sont instantanées, au moment de régler et les déclarations et reversements auprès des Impôts qui sont soumis à des décalages déclaratifs.

Modèle de tableau de trésorerie

 Jan.Fév.MarsOct.Nov.Déc.
Solde initial (1)      
Chiffre d’Affaires TTC      
Subventions      
Apports en capital      
      
Total d’encaissement (2)      
Achats TTC      
Charges externes      
Investissements      
Rembours. des emprunts      
TVA      
      
Total des décaissements (3)      
Solde du mois (4) = (2) — (3)      
Solde cumulé (5) = (1) + (4)      

Le but premier de cet outil est de présenter la situation de trésorerie à une période précise (stocks d’immobilisations, chiffre d’exploitation, investissement, éléments d’impôts, taux d’amortissements, opérations de banque, différence d’investissement, etc.), mais également d’en présenter l’évolution. En effet, le bilan de trésorerie peut déboucher sur l’élaboration d’une courbe de trésorerie qui va schématiser les variations de trésorerie. Il permet également de visualiser les postes de trésorerie qui sont problématiques au niveau de la comptabilité et qu’il faut donc surveiller.

En tant qu’outil de pilotage, il permet de mettre en évidence les éventuelles difficultés financières. Le bilan de trésorerie sert aussi à apprécier le respect des prévisions de trésorerie ainsi que d’investiguer les éventuels écarts. Sans oublier que les données qu’il possède peuvent servir à élaborer des indicateurs de gestion de trésorerie. En outre les créances et dettes fournisseurs sont mises en évidence dans le résultat de ce tableau de trésorerie.

Pour répondre à la question de façon effective, il faut prendre en compte les aspects techniques et les moyens disponibles sur le plan matériel au niveau de la comptabilité. À titre de rappel, le fonds de roulement est la somme de la trésorerie avec les besoins en fonds de roulement BFR.

Sur le plan technique, l’élaboration d’un bilan de trésorerie respecte les étapes suivantes :

  • Il faut recenser tous les documents récapitulatifs comptables ou extracomptables de vos flux de trésorerie : extraits de compte bancaires, états de trésorerie, bulletins de carte de paiement, etc.
  • Ensuite, vous allez élaborer le tableau en disposant les mouvements en lignes et les mois en colonnes.
    • La première ligne présente le calcul du solde total de trésorerie à la fin du mois précédent. Pour le mois de janvier, ce sera le solde à la fin de l’année précédente. À partir du mois de février, il s’agit du montant de la dernière ligne de la colonne précédente.
    • Les prochaines lignes vont présenter d’abord, les entrées en trésorerie ou encaissements par type sur chaque ligne, avec une qui présentera le total des encaissements. Et après, ce seront les décaissements qui seront récapitulés.
    • La dernière ligne va présenter le solde de la trésorerie du mois qui sera égal à : Solde du mois précédent + Total encaissement — Total décaissement. Celle-ci sera reportée sur la première ligne de la colonne suivante.
  • Il faut toutefois respecter les règles d’élaboration suivantes :
    • Inscrire les montants en TTC.
    • Renseigner les montants dans le mois de leur mouvement et non dans le mois de leur engagement.
    • Les entrées sont à présenter avant les sorties.
    • Les mouvements doivent être présentés par catégorie.

Pour l’aspect matériel, l’entreprise peut réaliser son tableau de trésorerie à partir d’un tableau de calcul, de bout en bout. Ou alors, se doter de logiciel de trésorerie qui va produire automatiquement et à la demande, cet état.

Note importante

Votre expert-comptable peut vous accompagner pour mettre en place les éléments de votre bilan de trésorerie et le contrôler. Toutefois, sa mise à jour et son suivi doivent plutôt être réalisés en interne.

5 comments
  1. Ameziane
    Ameziane

    Merci pour la description de ce plan de tresorerie, ainsi que le tableau descriptif par rubriques.

    Répondre
  2. abbaci
    abbaci

    merci pour l’explication du plan de trésorerie mais je vous prie de m’éclaircir ce point si dans le volet des décaissements on peut mettre les achats de matieres premieres et en meme temps la marchandise consommée acheté durant la periode (l’exercice ) et aussi celle acheté durant l’exercice precedent et qui constitue le chiffre d’affaires de l’exercice actuel merci d’avance

    Répondre
    • Mathieu
      Mathieu

      Bonjour,

      Le plan de trésorerie doit faire ressortir les flux de recettes et de dépenses. Autrement dit il doit faire apparaitre les achats de matières premières.

      Répondre
  3. abbaci
    abbaci

    merci MR Mathieu mais pour le cas des plans de trésoreries des entreprises commerciales pour la revente en l’état la marchandise consommée doit apparaître sur le plan de trésorerie malgré qu »elle à fait l’objet d’achat durant les exercices précédents et se trouve dans les parc sous douane ou stockée dans les hangars.

    Répondre
  4. abbaci
    abbaci

    abbaci
    5 juin 2018
    merci MR Mathieu mais pour le cas des plans de trésoreries des entreprises commerciales pour la revente en l’état la marchandise consommée doit apparaître sur le plan de trésorerie malgré qu »elle à fait l’objet d’achat durant les exercices précédents et se trouve dans les parc sous douane ou stockée dans les hangars.

    Répondre
    Laissez une réponse.

    Répondre
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires