Crowdfunding : Quelle plateforme choisir ?

Recourir au financement participatif afin concrétiser son projet professionnel, c’est bien. Mais, encore faut-il identifier la plateforme adaptée à sa campagne. En effet, avec les nombreuses plateformes qui inondent à l’heure actuelle le secteur, il est difficile de s’y retrouver. Et pourtant, bien choisir sa plateforme de crowdfunding se révèle déterminant pour la réussite de sa campagne.

Ainsi, une question se pose : sur quelle plateforme miser pour ne rien rater de sa campagne de crowdfunding ? Cet article fait justement la lumière sur les points à prendre en compte pour faire son choix.

comparez


les organismes de financement

Choisir sa plateforme de crowdfunding en fonction des spécificités de son projet

Il va sans dire que chaque projet est unique et correspond à un type de financement participatif bien défini. Effectivement, le crowdfunding se présente sous différentes formes :

  • Le don (avec ou sans contreparties non financières, prévente ou précommande possible)
  • Le prêt ou lending (avec ou sans intérêts, en mini-bons, en obligations ou contre royalties)
  • L’investissement ou equity (en capital)
  • Les royalties (% du chiffre d’affaires)

Selon les caractéristiques spécifiques du projet, une plateforme peut dès lors être plus adaptée qu’une autre. Votre projet prévoit une ouverture de votre capital social à de nouveaux associés ou actionnaires ? Dans ce cas, vous devez vous tourner vers une plateforme de crowdequity comme Wiseed, Anaxago, Smart Angels ou encore Happy Capital.

Vous souhaitez tout simplement financer votre projet d’entreprise et trouver une alternative au crédit bancaire ? Alors, c’est une plateforme de crowdlending comme October, WeShareBonds, Unilend… qu’il faut privilégier. D’ailleurs, cette solution de financement vous permet d’avoir accès à un emprunt plus flexible. En plus, elle vous donne la possibilité de financer les dépenses non prises en compte par les banques. Il en est ainsi de vos besoins de liquidités et de vos projets d’investissement immatériel.

Vous voulez proposer un produit pour un premier lancement sur le marché et ainsi valider votre stratégie marketing ? Une plateforme de crowdgiving avec contreparties telle que KissKissBankBank ou Kickstarter s’impose donc comme l’idéal. Cela vous permet en plus de vous constituer une communauté de clients ou d’utilisateurs potentiels.

Définir le public cible de sa campagne de crowdfunding

Une fois le type de plateforme de financement participatif connu, vous devez identifier les sites qui s’adressent au public cible de votre campagne. De fait, si certaines plateformes ont une portée locale ou nationale, d’autres possèdent une communauté à l’international ou à l’échelle européenne. Ainsi, pour un projet qui vise un public au-delà des frontières françaises, le mieux, c’est de se tourner vers les sites comme Ulule et Indiegogo.

Par contre, si votre projet ne s’adresse qu’aux investisseurs de l’Hexagone, il vaut mieux privilégier les plateformes à dimension locale. Dans cette optique, vous pouvez par exemple vous rapprocher de Tudigo (anciennement Bulb in Town), Lendosphere, We Do Good, Enerfip… À noter que certaines plateformes françaises ont été pensées pour mettre en avant les projets d’une région bien déterminée. À l’instar de J’adopte un projet pour les projets de la Nouvelle-Aquitaine, Kocoriko pour la région Auvergne–Rhône-Alpes, Tributile pour les Hauts-de-France, Kengo pour la Bretagne…

Plateforme généraliste ou spécialisée ?

Pour affiner encore plus votre recherche, vous devez tenir compte du domaine d’impact de votre projet. De fait, il existe deux sortes de plateformes de crowdfunding sur le marché : les plateformes généralistes et les plateformes spécialisées.

Comme son nom l’indique, une plateforme de crowdfunding généraliste s’adapte à tout type de projet. Ce sont d’ailleurs les plateformes de financement participatif les plus connues du grand public. Pour ne citer que Kickstarter, Indiegogo, MyMajorCompany, KissKissBankBank ou encore Ulule.

Pour ce qui est des plateformes spécialisées, elles concernent bien évidemment un domaine en particulier. L’on peut mentionner par exemple :

  • HelloAsso, Generosity, GoFundMe … pour les projets solidaires
  • Homunity, Fundimmo, Bolden … pour les projets immobiliers
  • Miimosa, BlueBees … pour les projets autour de l’agriculture et de l’alimentation
  • Lendosphere, Enerfip, Lumo, Lendopolis … pour les projets relatifs aux énergies renouvelables et à la transition écologique
  • ProArti, Crowdbooks, Sandawe, Movies Angels, Wezaart … pour les projets culturels
  • October, Credit.fr, Unilend, PretUp,Wesharebonds … pour les prêts aux entreprises

Comparer les différentes plateformes de crowdfunding

Il s’agit en fait de comparer les fonctionnalités et spécificités des différentes plateformes de crowdfunding qui cadrent avec votre projet. En fonction des besoins et objectifs de votre projet, pensez alors à vérifier :

  • Le montant minimum que vous souhaitez atteindre pour votre campagne
  • Le montant maximum des investissements
  • Que vous pouvez valider les profils des investisseurs
  • Les modalités des cagnottes
  • Que vous bénéficiez d’une certaine liberté quant à la présentation de votre campagne
  • Les particularités de votre future page de campagne (apparence, liens externes, réseaux sociaux…)
  • Les possibilités de contenu (implémentation vidéo ou images pour présenter les éventuelles contreparties…)
  • S’il est possible de renvoyer vers un site e-commerce ou une marketplace après la clôture de la campagne, et ce, afin de continuer la vente
  • Si le site prend une commission ; le cas échéant, à combien s’élève-t-elle ?

Dans le cadre de cette comparaison, il importe également de se renseigner sur le fonctionnement de la plateforme. Le meilleur outil pour lancer votre campagne doit dès lors vous offrir un parcours intuitif et aisé. Cela, de l’inscription au site à la constitution de votre page de collecte. Mais encore, la plateforme doit fournir aux contributeurs un parcours simple et pratique pour participer au projet. Dans la même optique, elle se doit de vous proposer — à vous et vos investisseurs — une lecture dynamique.

Se renseigner sur la notoriété de la plateforme

Autre critère à prendre en considération lors du choix de votre plateforme de crowdfunding : la notoriété de celle-ci. L’évaluation de la réputation de chacun des sites qui correspondent à votre projet vous permet en effet d’identifier les plus fiables. Cela vous donne aussi l’opportunité de définir la plateforme qui offrira la meilleure visibilité à votre campagne.

Quoi qu’il en soit, vous devez profiter de cette occasion pour comparer les statistiques des différentes plateformes de votre choix. Cela vous permettra d’avoir une idée de l’audience des sites, du nombre des projets financés, du montant du financement, du taux de réussite de financement des projets…

La plateforme propose-t-elle un accompagnement ?

Si vous pensez que vous pouvez vous perdre dans les méandres du financement participatif, il peut alors être intéressant de miser sur une plateforme de crowdfunding qui propose un accompagnement aux porteurs de projet. Effectivement, certains sites peuvent vous faire bénéficier de l’aide d’un expert ou d’un coach. Vous pouvez ainsi compter sur les conseils de ce dernier avant, pendant et après la collecte de fonds. Suivant les sites, vous avez même la possibilité de profiter d’un accompagnement plus ou moins personnalisé. En tout cas, vous devez vous assurer de la qualité de l’accompagnement, de l’expérience et des compétences du coach en charge de votre projet.

S’assurer de la légalité de la plateforme choisie : Est elle agréée ?

Pour éviter les mauvaises surprises, il faut choisir une plateforme de crowdfunding certifiée. Dans cette optique, vous devez privilégier les sites agréés par l’autorité compétente et ayant le statut approprié. Ainsi, depuis 2014, les plateformes de financement participatif doivent avoir l’un des statuts suivants :

  • Conseiller en investissement participatif ou CIP (agrément délivré par l’autorité des marchés financiers ou AMF)
  • Intermédiaire en financement participatif ou IFP (agrément délivré par l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution ou ACPR)

Toutefois, l’adoption du nouveau règlement européen en 2019 en matière de crowdfunding a changé la donne. Ainsi, dès l’entrée en vigueur de cette nouvelle règlementation, les plateformes doivent disposer du statut d’european crowdfunding service providers (ECSP).

La plateforme est-elle labellisée ?

En France, il existe des labels qui attestent de la fiabilité des plateformes de crowdfunding. D’une part, il y a le label pour le financement participatif. Dès lors, dans un souci de transparence et de fiabilité, l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) a déposé une marque collective « Plateforme de financement participatif régulée par les autorités françaises ». Présente sur les sites concernés, cette marque permet d’identifier les plateformes en conformité avec la législation française.

D’autre part, l’association Financement Participatif France (FPF) et le ministère de la transition écologique et solidaire ont mis en place le label « Financement participatif pour la croissance verte ». Créé en 2017, ce label permet de :

  • Garantir la transparence des projets qui nécessitent un financement
  • Apporter les informations utiles concernant la qualité environnementale du projet

Le but de ce label est bien entendu de valoriser les projets qui œuvrent en faveur de la transition écologique et énergétique.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires