Pourquoi choisir le statut micro-entrepreneur ?

Afin d’exercer une activité professionnelle dans le cadre d’une entreprise individuelle, de nombreux créateurs optent de plus en plus pour le statut juridique de micro-entrepreneur. Plus qu’un statut, ce régime offre de nombreux avantages, aussi bien pour l’activité que pour l’entrepreneur (option pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu du foyer fiscal).

  • formalités simplifiées
  • offre payante à partir de 59€HT
voir l’offre

10€ offert

avis client

Les avantages relatifs à l’exploitation de l’activité

Ceux-ci se perçoivent aussi bien au niveau administratif que fiscal et social, mais aussi sur le plan commercial.

Sur le plan administratif, les formalités d’inscription et de cessation d’activité professionnelle se réalisent sur Internet en quelques clics. En outre, les obligations comptables sont très simplifiées, à tel point que l’entrepreneur peut ne pas recourir à un comptable.

D’un point de vue fiscal et social, ce statut juridique permet de bénéficier d’une protection sociale complète en plus de certaines exonérations et d’allègements fiscaux ou sociaux tels que l’ACCRE par exemple. En effet, l’entreprise est exonérée des cotisations sociales de la cotisation foncière des entreprises (CFE), les trois premières années de son existence. Elle ne paie pas de cotisations sociales ou charges fiscales, si le seuil de chiffre d’affaires annuel est nul.

Pour une activité commerciale, l’entreprise a un avantage concurrentiel du fait de ne pas facturer la TVA à ses clients (dans la limite d’un seuil de chiffre), particulièrement ceux qui n’y sont pas assujettis. Aussi, c’est un statut approprié pour tester une activité avec un marché de niche, notamment pour des prestations d’hébergement, etc.

Les avantages pour l’entrepreneur

Le statut de micro-entrepreneur est particulièrement adapté pour commencer une activité, alors que l’on ne dispose pas de fonds suffisants. En effet, en plus des faibles dépenses de création, il n’est pas obligatoire d’avoir un capital minimum d’ouverture. À cela s’ajoute, l’économie de certaines charges courantes à cause des obligations allégées.

D’autre part, ce statut peut être cumulé avec d’autres statuts, notamment celui de salarié (à condition que l’activité ne fasse pas concurrence à l’employeur), fonctionnaire (avec accord de la hiérarchie), étudiant, demandeur d’emploi et retraité. Cela permet à l’entrepreneur de conserver ses sources de revenus dans un seul foyer fiscal, même si son entreprise venait à ne pas atteindre les objectifs escomptés.

Le statut de micro-entrepreneur est caractérisé par les avantages et les inconvénients suivants : une franchise en base de TVA selon un seuil, un abattement forfaitaire lors du calcul du résultat de l’entreprise et des obligations comptables et déclaratives simplifiées.

Enfin, n’importe quel type activités (activité commerciale, artisanale ou libérale en contribuant à la formation professionnelle), à l’exception de celles qui sont réglementées, peut être exercé sous le statut d’auto-entrepreneur (pour une entreprise individuelle, ou les entrepreneurs individuels d’EIRL ou encore les entrepreneurs individuels d’EURL).

Mais à partir du 1er janvier 2020, les avantages et les inconvénients cités ci-dessus vont subir des fluctuations au niveau des exonérations sociales auxquelles ils pouvaient prétendre juste une année auparavant (1er janvier 2019) : abattement forfaitaire, prélèvement libératoire, etc. le statut d’auto-entrepreneur pour les entreprises créées après cette date sera beaucoup moins intéressant.

À noter que le micro-entrepreneur peut opter pour un versement libératoire de l’impôt sur le revenu lui permettant de verser en une seule fois ses impôts sur le revenu (social) et ses cotisations obligatoires (fiscal).

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires