Différence entre mutuelle et prévoyance

Si la mutuelle et la prévoyance visent toutes deux à optimiser la protection sociale d’un individu, elles couvrent des risques bien distincts. La complémentaire santé s’emploie à couvrir la maladie tandis que la prévoyance anticipe les conséquences des aléas de la vie. Voici quelques précisions pour tirer au clair la différence entre ces deux notions.

La mutuelle santé : compléter le remboursement de la sécurité sociale

La mutuelle est définie comme une couverture santé. Ce dispositif concerne uniquement les soins médicaux. En effet, elle complète l’indemnisation de la Sécurité sociale en remboursant les frais de santé restés à la charge de l’assuré. Il peut s’agir :

  • d’une consultation médicale ;
  • des frais d’hospitalisation ;
  • des frais dentaires ou d’optique ;
  • de l’achat des médicaments ;
  • etc.

Bien souvent, les remboursements au tarif de base ne couvrent qu’une infime partie des couts de soins supplémentaires. Alors selon le type de couverture choisi, les mutuelles santé peuvent également effectuer le remboursement des dépenses annexes. Par exemple, la prise en charge partielle de l’achat des appareils auditifs, les soins en médecine douce (homéopathie, ostéopathie, etc.) ou encore la rééducation des suites d’une maladie. 

La mutuelle est-elle obligatoire ?

La souscription d’une mutuelle d’entreprise est obligatoire depuis le 1er janvier 2016. En effet, l’Accord National Interprofessionnel oblige toute entreprise du secteur privé à proposer une mutuelle santé collective. Dans ce cas, l’employeur prend en charge la moitié de la cotisation. Les salariés, quant à eux, doivent adhérer.

En revanche, cela reste facultatif pour les professionnels indépendants.

À qui s’adresse la mutuelle ?

La mutuelle est destinée à tout le monde. D’ailleurs, les employés du secteur privé doivent bénéficier de cette complémentaire santé. 

Ainsi, la mutuelle peut être souscrite individuellement ou à titre collectif. Lorsqu’une entreprise souscrit une assurance collective, elle attribue un même niveau de garanties pour l’ensemble du personnel. Chaque collaborateur peut ensuite étendre sa couverture à l’ensemble de sa famille en payant un supplément de cotisation. La gestion s’en retrouve facilitée.

Pour les travailleurs non-salariés, la souscription à une complémentaire santé leur permet de bénéficier des avantages fiscaux via le dispositif Loi Madelin. Les cotisations versées seront alors déduites du revenu imposable.

Les séniors et les jeunes étudiants, quant à eux, peuvent profiter d’une couverture sociale adaptée à leurs besoins. La plupart des compagnies d’assurance proposent des formules spécifiques pour ces publics.

En ce qui concerne les personnes à faibles revenus, elles peuvent solliciter une complémentaire santé solidaire.

Combien coûte une complémentaire santé ?

En général, la cotisation auprès des mutuelles se calcule en fonction du :

  • profil de l’assuré (âge, sexe, lieu de résidence, situation professionnelle, etc.) ;
  • niveau de garanties.

Les tarifs sont définis au cas par cas. Selon l’âge par exemple, la cotisation est moins élevée pour les jeunes personnes que pour les séniors. Il en va de même pour le lieu de résidence, car les frais de santé peuvent revenir plus ou moins chers selon les régions.

L’assurance prévoyance : maintenir le niveau de revenu en cas d’incidents de la vie

La prévoyance est une assurance qui permet de se prémunir contre les imprévus de la vie. Cette protection sociale couvre quatre risques : 

  • l’incapacité de travail ;
  • l’invalidité ;
  • la dépendance ;
  • le décès.

En complément de l’aide de la Sécurité sociale, les assurances vous versent une indemnité financière qui vous permettra de préserver votre pouvoir d’achat. Il peut s’agir :

  • d’une indemnité journalière pour pallier une perte de revenu en cas d’arrêt de travail suite à une incapacité ;
  • une rente pour disposer de revenus en cas d’invalidité ;
  • un capital ou une rente à vie en cas de dépendance ;
  • un capital ou une rente au profit des ayants droit en cas de décès.

À savoir que la prévoyance est un contrat à fonds perdu. Si aucun des risques couverts n’est survenu à l’issue de tels contrats, l’assuré ne peut pas récupérer les sommes versées. 

La prévoyance est-elle obligatoire ?

La souscription d’un contrat prévoyance complémentaire est facultative. Néanmoins, la convention collective des cadres de 1947 oblige toute entreprise à proposer une prévoyance aux salariés-cadres. Celle-ci doit au minimum offrir une garantie décès. À ne pas confondre avec l’assurance obsèques qui servira à régler les frais des futures funérailles.

Pour les salariés non-cadres, une convention collective ou un accord de branche peut rendre la prévoyance obligatoire. Dans ce cas, les entreprises œuvrant dans le secteur d’activité concerné sont tenues de souscrire une couverture collective au profit de l’ensemble du personnel.

Qui peut souscrire une prévoyance ?

La prévoyance est une couverture sociale destinée à tout salarié. Elle s’adresse à toute personne qui désire se prémunir contre les conséquences financières d’une perte de revenu suite à une maladie ou un accident.

Comme l’assurance santé, les contrats de prévoyance peuvent être conclus à titre collectif. Un employeur peut mettre au profit du personnel un contrat d’entreprise. Quant aux employés qui ne bénéficient pas d’une prévoyance collective, ils peuvent souscrire une prévoyance individuelle.

Les travailleurs non-salariés peuvent également adhérer à une prévoyance. Dans ce cas, ils profitent des avantages fiscaux octroyés par le dispositif loi Madelin.

Combien coûte un contrat de prévoyance ?

Le calcul des cotisations s’effectue en fonction des revenus de l’assuré. Plus ce dernier touche un haut salaire, plus la cotisation est élevée.

Le coût de la prévoyance dépend aussi du profil du souscripteur. Entre autres, il tient compte de l’âge de l’individu. Les cotisations sont moins onéreuses pour les jeunes. Enfin, le montant de la somme à verser est également défini selon :

  • les antécédents médicaux ;
  • le niveau de couverture ;
  • les garanties choisies ;
  • le caractère collectif ou individuel de la prévoyance.

Mutuelle santé ou prévoyance : que choisir ?

La mutuelle et la prévoyance contribuent à renforcer la protection sociale en complétant les couvertures du régime obligatoire tel que défini par le Code de la sécurité sociale. Le choix entre les deux dépend essentiellement de votre situation.

Avant d’opter pour l’une ou l’autre, il est recommandé de faire le point sur vos besoins, ainsi que ceux de vos ayants droit. Cette démarche vous permettra de dresser des critères de sélection pour choisir les garanties de votre contrat, puis de demander des devis.

Toutefois, il est vivement recommandé de combiner mutuelle et prévoyance pour bénéficier d’une protection optimale. De cette façon, vous serez couvert tant sur les dépenses de santé que sur les conséquences des aléas de la vie. Ainsi, vous ne serez pas pris au dépourvu en cas de coup dur.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires