Le business plan : un document incontournable ?

Le business plan est véritablement un document incontournable, notamment dans le cadre de la recherche de financement. Il convient donc l’établir en suivant un plan précis de façon à détailler et à structurer ses idées de manière objective, sans rien omettre. A partir d’un premier jet, le demandeur pourra alors voir quels sont déjà les points à améliorer. Le Business Plan est donc, en résumé, une tache ardue mais essentielle. Pourquoi donc est-ce un document si essentiel ? A qui s’adresse t’il ?

Qu’est ce qu’un business plan ?

Le business plan est un document interactif, il faut qu’il soit vivant et pas seulement une suite morne de phrases et de chiffres : l’interlocuteur doit pouvoir réagir à ce qu’il lit. De plus, le BP va évoluer tout au long du projet et ce sera un excellent moyen de s’assurer du bon suivi de chacune des étapes.

Le BP est une base solide pour trouver des financements et il doit être rédigé dans cet esprit pour solliciter des prêts bancaires, des garanties : il doit prouver la faisabilité financière et économique du projet d’entreprise pour convaincre les partenaires et interlocuteurs afin que ceux-ci fassent assez confiance pour prêter quelques deniers.

C’est pourquoi, à toutes fins utiles, le projet doit être rédigé en se mettant toujours dans la tête du lecteur : celui-ci doit pouvoir à la première lecture déterminer dans quelle optique le Business Plan est conçu. Est- un financement à court terme ou à long terme ?

Le business Plan est un document écrit, dont la rédaction est une tâche qui prends du temps. Il ne faut pas prendre ce travaille à la légère, même si concernant les Start-Up ou les TPE, les conditions sont plus souples. La rédaction du Business Plan suppose un travail d’équipe de longue haleine et le résultat final soulignera le professionnalisme de votre entreprise.

Les objectifs du Business Plan

A la lecture d’un Business Plan, il doit être possible de répondre à 4 grandes questions concernant l’entreprise :

  • Quel est le point de départ de l’entreprise ?
  • Où va t’elle ?
  • Quels sont les instruments quelle met en œuvre pour atteindre ces objectifs ?
  • Quel est le délai qu’elle s’accorde ?

Autrement dit, le Business Plan renseigne les personnes sur l’orientation de l’entreprise et sur la dynamique sous-jacente. Il en résulte un premier objectif : rassurer les individus extérieur au projet et ainsi les inciter à financer le développement de l’entreprise. Les documents fournis permettent en effet de démontrer la viabilité du projet, mais aussi et surtout le fait que le projet est pensé en amont. En bref, que le projet répond à l’ensemble des critères essentiels de la gestion de projet et des risques de projet. Ensuite, le Business Plan permet de mettre en valeur l’équipe que constitue l’entreprise, les démarches et les compétences. Enfin, le Business Plan est une démonstration des atouts dont dispose l’entreprise pour réussir le défi qu’elle s’est fixée. Il s’agit d’une démonstration logique, preuve à l’appui, des étapes quelle franchira pour parvenir aux objectifs. Ainsi, plus un Business Plan est travaillé, plus les chances de succès sont grandes.

Les destinataires d’un Business Plan

S’il est logique que le Business Plan ait un intérêt pour les personnes extérieures au projet, il est peut-être moins évident de voir en lui une véritable aide pour l’entrepreneur lui même. Nous distinguerons donc les usages internes et les usages externes du Business Plan.

 Usages internes

L’entrepreneur. Il est le premier concerné par le Business Plan. En effet, cela lui permet d’avoir par écrit la feuille de route de son entreprise. Bien souvent, il est à l’origine de l’établissement du Business Plan, des orientations qu’il souhaite lui donner, mais ce document lui permet de mesurer en retour la faisabilité de son projet notamment au travers des études de marchés, des études des risques et autres aléas imprévisibles au premier abord. De plus, cela lui permet d’avoir une vue globale sur son entreprise, de savoir dans quel étape du processus elle se trouve, tout en prenant soin de bien valider chacune des hypothèses progressivement.

Les salariés. Ils sont aussi directement concernés par le Business Plan. En effet, cela leur permet à eux aussi de savoir dans quelle direction s’oriente leur entreprise. Ainsi, si effort demandé il y a, il leur est possible de savoir dans quel but réaliser ces efforts. Y a t’il des tenants et aboutissants ?

 Usages externes

Les banques. Pour que tout projet d’évolution d’une entreprise soit réalisable, il faut qu’il soit avaliser par les banques. Le Business Plan servira a prouver le sérieux de la démarche et des investissements à effectuer. Cela permettra au banquier de réaliser les possibilités de remboursement de crédits. C’est peut-être là un des destinataires principaux.

Les investisseurs et le marché. L’importance des investisseurs pour lever des fonds est aussi d’une importance cruciale. Ceux-ci n’investiront dans une entreprise que si elle propose des perspectives intéressantes dans le futur. Cela passe par une augmentation du cours de l’action notamment. Le Business Plan sert alors à rassurer les investisseurs sur le bien fondé des investissements et des perspectives d’évolution de l’entreprise. Il servira aussi à les attirer.

Les futurs salariés. Enfin, les futurs salariés peuvent avoir un intérêt dans la connaissance du Business Plan de l’entreprise qu’ils souhaitent intégrer. En effet, ce document les informera sur les besoins futurs de l’entreprise, mais aussi des perspectives d’évolution de poste au sein de celle-ci.

La composition d’un business plan

En résumé un business plan ou plan d’affaires doit contenir :

  • Un « executive summary ». Il s’agit d’un résumé, très court (1 ou 2 pages), de votre Business Plan. Il doit être clair, concis, aller droit au but et surtout convaincant. C’est peut-être le document le plus important du Business Plan. Mais attention, bien qu’il constitue la première page du dossier, il est à rédiger en dernier, une fois que toutes les informations ont été récoltée.
  • Une étude de Marché. C’est la partie la plus conséquente du Business Plan puisqu’elle constitue 80% de votre dossier. Cette étude de marché permet de justifier des choix stratégiques et commerciaux. Elle est donc essentielle bien qu’elle prenne du temps. Elle suppose en effet de connaître les acteurs et donc d’aller sur le terrain. Le Business Plan est aussi un document PRATIQUE.
  • Les prévisions financières. Il est souvent difficile de donner des prévisions financières. Cependant, dans ce document, ce qui est important n’est pas tant la prévision en tant que soi, mais ce qu’elle nous dit de l’entrepreneur. En effet, des prévisions trop élevées souligneront une attitude trop confiante envers l’avenir. Au contraire, des prévisions trop basse trahiront le manque de confiance de l’entrepreneur dans son projet.

Les différentes parties essentielles dans un Business Plan.

En guise d’introduction, le Business Plan doit contenir les informations suivantes, à savoir :

  • Les antécédents de l’entreprise
  • Les personnes clés
  • Mais aussi l’évolution financière de l’entreprise et les engagements financiers actuels.

Si c’est une création d’activité, l’introduction peut porter sur les facteurs qui provoquent la demande et va tenter d’identifier comment l’entreprise va répondre à ce besoin.

On retient d’abord la partie section et production qui va décrire le produit ou les services et va souligner les caractéristiques qui le rendent si singulier. C’est essentiel d’employer des termes simples et compréhensibles par tous, sauf trop tomber dans le jargon technique afin que chacun puisse apprécier les explications et les avantages techniques sans s’y connaître. Cette partie fait généralement 2 ou 3 pages pour fournir un aperçu concis mais précis. Si d’autres détails doivent être ajoutés, il s seront alors adjoints en annexes à la fin du BP.

Une autre partie concerne l’étude de marché qui va permettre de montrer la connaissance de l’environnement économique du marché dans lequel l’entreprise se situe mais aussi quels sont les concurrents et quelle est la clientèle potentielle. L’étude de la concurrence surtout permet d’apporter un jugement sur le positionnement du produit ou du service et de mieux évaluer les points forts et les points faibles.

Par la suite, on évoquera dans le BP le modèle économique que l’entreprise souhaite suivre : c’est une preuve de la rentabilité de l’entreprise et de son aptitude à réaliser un chiffre d’affaires et même de générer des bénéfices. Une stratégie commerciale doit être mise en avant mais aussi la politique de prix envisagée, les éventuelles sources de revenus de l’entreprise (publicité, produits de la vente, etc.) et enfin montrer quels sont les canaux de distribution.

Il ne faut pas oublier de décrire l’entreprise pour ce qui est de sa structure (statut juridique, début d’activité) mais aussi pour ce qui est du capital (nature et provenance des fonds) et enfin d’une liste éventuelle des actionnaires (avec la répartition du capital).

Le plan d’action est une partie importante car c’est elle qui décrit la ligne directrice du projet à suivre afin d’atteindre les objectifs fixés. Nombre d’arguments peuvent être mis à exploitation comme la stratégie de l’entreprise, la gestion des ressources humaines, le marketing et la communication ainsi que la production et ses coûts.

Dans les derniers paragraphes, il est recommandé, enfin, de décrire les prévisions financières qui ont pour but de juger de la rentabilité du projet et de prévoir les délais pour un ROI (Retour sur Investissement). Ces prévisions reposent essentiellement sur des estimations de revenus, de charges, d’un compte de résultat et d’un bilan provisionnel ainsi que du plan de financement.

En dernier point, il est possible de préciser quelles sont les éventuelles opportunités d’investissement en précisant le potentiel du projet pour fixer le montant des capitaux nécessaire à la bonne réalisation du projet.

Des annexes peuvent venir terminer le Business Plan

On y trouve généralement de la documentation commerciale, un glossaire spécifique, les brevets ou marques déposées, une étude de marché mais aussi des contrats importants avec des fournisseurs ou des clients, des accords de partenariat, le CV de chacun des membres de l’équipe de direction.

Les erreurs à éviter lors de la rédaction d’un business plan

Un Business Plan n’est pas à prendre à la légère et sa construction, sa rédaction sont autant d’étapes qu’il faut maitriser. Cela requiert du temps, de la patience, de la concentration, de minutie et bien souvent, il est nécessaire de faire appel à une aide extérieure, surtout lorsque l’on n’a pas l’habitude d’en rédiger.

Toutefois, afin de parfaire son Business Plan, il existe une liste d’erreurs à ne surtout pas commettre. En voici quelques exemples dans une liste non exhaustive.

Tout d’abord, il y a 4 erreurs que l’on retrouve le plus souvent dans l’élaboration d’un BP, à savoir :

L’oubli de la partie financière

cela paraît étrange car le Business Plan est également mais surtout un document qui vise à attirer les investisseurs sur son projet mais il arrive bien souvent que l’on se concentre tellement sur ledit projet que l’on oublie de mentionner, par exemple, la somme nécessaire dont on a besoin pour y parvenir. Il ne faut pas oublier que la partie financière est composée de 3 parties, le compte de résultats, le plan de financement et le plan de trésorerie.

La mauvaise répartition de son temps pour la rédaction du BP

il faut savoir accepter que la rédaction du Business Plan ne sera jamais complète, qu’il y a aura toujours des améliorations à ajouter, que les chiffres sont toujours susceptibles d’évoluer. Il faut se dire à un moment, que l’ensemble est cohérent et que l’essentiel est dit et proposé. On estime qu’en moyenne, il faut entre 2 et 3 mois pour rédiger un BP.

La sous-estimation des dépenses et la surestimation du potentiel chiffre d’affaire

c’est l’une des erreurs les plus observées et dont il faut se prémunir. Il ne faut jamais sous-estimer notamment les coûts relatifs au marketing, à la communication, au référencement. L’idéal est de diviser par 2 les perspectives de chiffre d’affaire afin de ne pas être à court de trésorerie.

Négliger la forme du document

le Business Plan est fait pour séduire et attirer des investisseurs potentiels et pour cela, il faut que le message soit clair, bien présenté, concis. C’est pourquoi il est conseillé d’illustrer ses propos avec des tableaux, des graphiques, des images pour donner du relief à l’écrit.

D’autres erreurs sont souvent rencontrées lors de l’établissement d’un BP comme la longueur du Business Plan : idéalement, le document doit faire moins de 50 pages, voire même aux alentours de 30 pages afin que le document relève les points clefs du projet, exprime tous les objectifs souhaités et donne l’eau à la bouche aux investisseurs d’aller un peu plus loin sans pour autant tout détailler.

Dans cet esprit de vouloir trop en faire, il faut éviter d’être trop optimiste et d’occulter les possibles points négatifs : l’investisseur attend également que le créateur ou le repreneur d’entreprise par exemple soit réaliste, conscient du marché et des réalités qui le composent.

Le BP ne doit pas être trop général ni trop compliqué : il faut décrire précisément le ou les services/produits, le marché, les raisons pour lesquelles les clients s’intéresseront auxdits produits plutôt qu’à ceux de la concurrence et c’est pourquoi il est conseillé parfois d’ajouter deux ou trois scenarii en prenant des hypothèses tantôt hautes, tantôt basses pour rendre le projet crédible. Cependant, il faut toujours s’exprimer dans un langage clair, pas trop technique et surtout conserver qu’il faut une seule idée par paragraphe.

L’important, finalement est de rester cohérent dans la description de son projet tout en étant conscient des besoins et de la réalité du marché sur lequel on se place. Il ne faut pas penser rentabilité sans prendre en considération la trésorerie, ni même penser aux parts de marché avant de connaître le seuil de rentabilité.   

Conclusion

Comme on a pu l’observer, l’édition d’un Business Plan permet de mettre à plat tous les atouts, les potentialités, les avantages, les moyens mais aussi les contraintes inhérentes au projet de création ou reprise d’entreprise. Ce document confidentiel (sa diffusion est généralement restreinte) va ainsi permettre à l’investisseur de prendre pleinement conscience du projet et de l’ampleur des efforts (financiers notamment) à déployer pour mener le projet comme il se doit.

Le BP doit être un document perspicace, objectif, convaincant et rigoureux. En cas de doutes de nombreux experts sont là pour apporter leur savoir-faire et leurs connaissances techniques.   

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

58 + = 59