Comment monter un dossier de financement ?

Que ce soit pour créer ou reprendre une entreprise ou bien pour développer son activité, le financement se révèle essentiel. Plusieurs solutions sont d’ailleurs disponibles pour financer son projet entrepreneurial. Toutefois, pour obtenir une aide financière, il faut savoir convaincre ses investisseurs, les établissements de crédit ou les organismes subventionneurs. Dans ce cas, il s’avère primordial de monter un dossier de financement en béton. Mais, du coup, comment faire ? Éléments de réponse.

Ce que doit comprendre un bon dossier de financement

En effet, pour ne rien rater de sa demande de financement professionnel, il importe de disposer d’un dossier solide. Et ce, quelle que soit la solution de financement choisie : prêt bancaire, subvention, prêt d’honneur, etc. Ainsi, pour éviter le refus de votre requête, il convient de monter un dossier de financement complet, clair, détaillé et crédible.

Le business model, un élément crucial de son projet entrepreneurial

Encore appelé modèle économique, le business model doit faire preuve de cohérence. De fait, il témoigne du sérieux d’un projet entrepreneurial et démontre son potentiel de rentabilité. Il convient alors d’y indiquer les éléments clés suivants :

  • L’activité de l’entreprise (secteur et nature)
  • Les caractéristiques des produits ou services proposés
  • Le marché visé
  • La clientèle (prospects et clients cibles)
  • La stratégie opérationnelle adoptée
  • L’état de la concurrence
  • Le mode de distribution de l’offre (circuits et canaux de distribution, intermédiaires)
  • Le plan de communication
  • Le socle organisationnel de la structure

Le business model a donc pour objectif de persuader les éventuels investisseurs de la faisabilité du projet. Mais également de la capacité de son porteur à le mener à bien.

Le business plan, la pierre angulaire de sa demande de financement

Une fois le business model établi, il importe de passer à la rédaction du business plan ou plan d’affaires. Concrètement, ce document présente une vision plus complète et plus globale du projet. Il tient ainsi un rôle crucial dans l’obtention d’un financement professionnel. Raison pour laquelle il est primordial de le rédiger dans les règles de l’art.

D’une manière générale, un business plan doit comprendre les parties suivantes :

  • Un résumé opérationnel ou executive summary
  • Le business model du projet
  • La présentation du porteur de projet ainsi que de ses éventuels associés (identité, parcours, formation, compétences et rôles)
  • L’étude de marché et l’étude de faisabilité
  • Le cadre légal (statut juridique choisi, composition de l’actionnariat, équipe de direction…)
  • La stratégie commerciale et la stratégie de communication
  • Le montage financier et le prévisionnel financier (besoins liés au projet, plan de financement, budget de trésorerie, bilan prévisionnel…)

Bon à savoir

Dans le cadre de l’analyse financière, il est le plus souvent recommandé aux entrepreneurs de partir sur des hypothèses pessimistes. À l’instar d’un retard de paiement d’un client ou encore le paiement au compte d’un fournisseur.

L’intérêt d’un prévisionnel d’activité bien rédigé

Le prévisionnel d’activité traduit le projet financièrement. Il contribue d’ailleurs à convaincre les bailleurs de fonds d’accorder le financement demandé. Il se doit alors d’être le plus réaliste, le plus équilibré et le plus crédible possible. Pour cette raison, il s’avère crucial de prêter une attention particulière à sa mise en place :

  • Il est nécessaire de justifier l’ensemble des données mentionnées
  • L’analyse financière doit démontrer que le projet est rentable
  • Il faut s’assurer que la structure financière du projet est équilibrée

Dans cette partie, il convient notamment de vérifier la capacité de remboursement de l’entreprise.

Monter un dossier de financement : les documents obligatoires à produire

Un dossier de financement percutant et convaincant doit intégrer un certain nombre de documents importants. Bien évidemment, parmi les pièces essentielles à fournir, il y a le business plan et l’étude de marché. D’autres justificatifs relatifs au projet à financer sont également à produire, dont :

  • Les justificatifs d’apport personnel (un relevé de compte ou un acte d’apport par exemple)
  • Les justificatifs de garantie réelle ou personnelle
  • Un document d’informations précontractuelles (DIP) ou un contrat de franchise en cas de dossier de franchise
  • Les factures pro forma et devis
  • Les pièces inhérentes aux éléments financiers (prévisionnel d’activité, trois derniers bilans et comptes de résultat en cas de dossier de reprise, etc.)

À cela s’ajoutent les documents liés au(x) porteur(s) du projet, à savoir :

  • Une copie d’une pièce d’identité en cours de validité
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois
  • Un curriculum vitae à jour
  • Une copie de l’avis d’imposition et du bordereau de situation fiscale
  • Etc.

Il importe aussi de ne pas oublier les éléments juridiques et d’identification de l’entreprise. À l’instar de ses statuts à jour, sa forme juridique, son adresse d’implantation et d’exploitation, un extrait Kbis, un justificatif de domiciliation, etc.

Les conseils pour optimiser ses chances d’obtenir un financement

C’est un fait ! Une demande de financement professionnel relève d’un vrai parcours du combattant. Effectivement, les investisseurs, institutions bancaires, organismes subventionneurs… refusent la majorité des requêtes. C’est pourquoi il convient de mettre toutes les chances de son côté pour réussir sa demande de financement. Dès lors, il ne faut surtout pas passer à côté de certains points essentiels.

Tout d’abord, vous devez prendre le temps nécessaire pour construire votre projet. Dans cette optique, ne négligez ni le contenu ni la forme du dossier. Diagrammes, chiffres, tableaux, illustrations…, tout est bon pour obtenir une réponse favorable. D’ailleurs, soigner la forme de votre dossier de financement joue en votre faveur. Mais encore, il convient de boucler le plan de financement dès le départ tout en restant réaliste dans les prévisions d’activité. Vous ne devez pas non plus négliger les fonds propres, notamment si vous demandez un prêt bancaire.

En outre, il ne faut ni sous-estimer ni surévaluer les besoins de votre projet. Votre dossier de financement doit aussi donner de l’importance tant à la gestion qu’au business lui-même. Par ailleurs, comme pour le montage du dossier, prenez le temps de bien préparer l’entretien de présentation de votre projet. Il peut également se révéler judicieux de solliciter l’accompagnement d’un expert-comptable ou d’un réseau associatif comme le Réseau Entreprendre. De même, pourquoi ne pas faire appel aux services d’un courtier en prêt professionnel ?

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

8 + 1 =