Le prêt meunier

Le secteur de la boulangerie a le privilège de pouvoir chercher des sources de financement autre que le prêt bancaire. Il s’agit du prêt meunier. Une aubaine sachant qu’entre la France et le pain, il y a une grande histoire d’amour. En effet, la boulangerie représente un marché florissant qui séduit de plus en plus de monde. C’est d’autant plus vrai avec une certaine émission télé mettant en compétition des boulangers des quatre coins de la France. Néanmoins, avant de vous lancer dans de telles aventures, vous devez dans un premier temps ouvrir votre propre commerce. Évidemment pour compléter votre apport personnel, vous pouvez effectuer une demande de prêt meunier.

comparez les organismes de financement

comparer

Qu’est-ce que le prêt meunier ?

Le prêt meunier est un financement octroyé par un meunier ou un fournisseur de farine. L’établissement bancaire étant effectivement mis de côté au profit de cet artisan. En règle générale, ce type de prêt se destine exclusivement à un boulanger en contrepartie d’un engagement d’approvisionnement.

Aussi appelé « prêt moulin », « financement des moulins » ou « prêt minotier », le prêt meunier constitue une pratique assez courante. Elle remonte même jusqu’au siècle dernier où les meuniers aidaient régulièrement et financièrement les jeunes boulangers à démarrer leur affaire. Jusqu’aux années 1970, voir un boulanger demander un financement bancaire était même une chose rare. Aujourd’hui encore, le prêt minotier permet de bénéficier d’un financement pour un projet de boulangerie. Grâce à cette solution, vous pouvez :

  • Faire l’acquisition ou lancer la création d’un local commercial
  • Acheter le matériel, dont vous avez besoin, pour l’exercice de votre activité

À l’instar d’un prêt bancaire, le financement des moulins nécessite en tout cas la signature d’un contrat marquant l’entente des deux parties.

Comment fonctionne le prêt moulin ?

Le financement du minotier peut prendre la forme d’une certaine somme d’argent. Venant compléter votre apport personnel, ce prêt financier vous permet d’installer votre commerce plus rapidement. D’autant plus que le meunier peut se porter garant pour votre compte si vous envisagez de demander un crédit auprès d’une banque. Cependant, il peut être inutile d’en arriver là si le montant reçu suffit à l’ouverture de votre boulangerie.

Outre l’apport financier, le prêt meunier se présente aussi sous la forme de réserve en farine. Auquel cas, l’artisan prêteur proposera au boulanger d’installer une pièce exclusive au stockage de la farine. Bien entendu, le matériel nécessaire à l’installation de cette pièce est à la charge du minotier.

Les avantages de demander un financement à un minotier

Les avantages d’un prêt meunier sont visibles autant du côté du boulanger que du côté du minotier.

Les avantages du prêt meunier pour le boulanger

Une demande de partenariat avec un meunier, lorsque l’aide s’effectue sous forme monétaire, vous évite d’avoir à demander un prêt auprès d’une banque. Ce qui s’avère intéressant sachant que les établissements de crédit exigent un apport personnel allant de 20 à 30 % du besoin de financement pour suivre un projet. Cela peut représenter plus de 30 000 €. Ce qui peut s’avérer être une somme difficile à réunir pour les boulangers en début d’activité.

Si la somme remise par le meunier ne suffit pas, vous savez déjà que ce dernier peut se porter garant auprès d’une banque pour compléter le financement. En effet, c’est l’artisan producteur de farine qui cautionne les engagements auxquels vous souscrivez.

Avec l’engagement d’approvisionnement en farine, le prêt meunier vous assure un renouvellement régulier de vos stocks. Ce qui représente pour le boulanger artisan un souci en moins considérant que son activité est fortement consommatrice de farine.

Les avantages du prêt meunier pour l’artisan fournisseur de farine prêteur

Dans le cas du meunier, son prêt lui garantit une fidélisation de sa clientèle. En effet, approvisionner régulièrement un boulanger constitue une valeur sûre pour l’écoulement de la farine produite. Cet écoulement régulier représente aussi pour le minotier un développement rapide de sa renommée. Par conséquent, il trouvera plus facilement d’autres clients.

Les autres sources de financement pour créer une boulangerie

Il est vrai que limiter son approvisionnement en farine auprès d’un seul fournisseur ne convient pas à tous. C’est pourquoi si vous en avez la possibilité, tentez de préciser vos attentes dans le plan de financement. Dans l’éventualité où l’entente n’est pas possible entre vous et le meunier, tournez-vous vers d’autres moyens de financement.

D’une part, le fonds de commerce de votre boulangerie peut se constituer à l’aide des solutions suivantes :

  • Le financement participatif : il consiste à faire appel à des particuliers ou des institutionnels qui effectuent des dons, des investissements au capital ou des prêts. La levée de fonds va de 10 000 à 1 million d’euros.
  • Les investisseurs privés : il s’agit de demander l’appui financier de business angels implantés dans votre région.

Enfin, il y a le Concours des Jeunes Entrepreneurs (CJE) en Boulangerie. Cet évènement se traduit par l’accompagnement de Grands Moulins de Paris dans votre projet et une compétition entre plusieurs boulangers âgés de 18 ans et plus. Si l’expérience de cette alternative vous intéresse, n’hésitez pas à consulter le site grandsmoulinsdeparis.com pour plus de détails.

Notez que rien ne vous empêche de combiner quelques-unes de ces solutions à un prêt meunier ou un prêt bancaire. Toutefois, avant de demander un quelconque financement auprès d’un tiers, n’oubliez pas d’élaborer un business plan à toute épreuve. Portez également une attention particulière aux équipements nécessaires au bon fonctionnement de votre boulangerie. En outre, assurez-vous de disposer d’un espace de travail suffisamment grand et d’une surface de vente fonctionnelle. C’est à vous de jouer !

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires