Apprenti : Top 5 des conseils pour réussir son recrutement et son intégration

Actuellement, de plus en plus d’employeurs recrutent des apprentis. Cela peut s’expliquer par le fait que cette initiative permet aux entreprises de percevoir une aide. Cependant, cette décision n’est pas à prendre à la légère. En recrutant un alternant, vous recrutez également une personne qui fera partie de votre société. Ce qui implique que cette nouvelle recrue sera pareillement un pilier sur lequel repose le fonctionnement de votre activité. Comment faire alors pour réussir ce recrutement et pour qu’il soit bénéfique à la société ? Comment faire pour assurer l’intégration de l’apprenti au sein de votre entreprise ? Cet article vous prodiguera les 5 meilleurs conseils pour y parvenir.

comparez les logiciels de paie

comparer

Conseil 1 : Recruter comme il faut

Pour réussir un recrutement, il est primordial de le réaliser dans les règles de l’art. Pour ce faire, toutes les étapes doivent être préparées au préalable. Dès l’élaboration de l’offre jusqu’aux entretiens, tout doit se dérouler comme il faut.

La préparation du recrutement et la diffusion de l’offre d’emploi

Pour cette étape, il est primordial d’identifier les réels besoins de la société. Pour apporter les éléments de réponse, se poser les questions suivantes peut aider :

  • Dans quel cadre le recrutement d’un alternant sera-t-il bénéfique ?
  • Quelles seront les missions qui lui seront déléguées ?
  • Quel niveau et quelle branche d’étude sont adaptés au poste ?
  • Quelles sont les qualifications et les compétences nécessaires ?
  • Quel type de contrat établir avec l’alternant : un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation ?

Une fois les réponses à ces questions trouvées, il est recommandé de les mentionner dans l’offre. La transparence sur les détails par rapport au poste (attentes, conditions de travail, rémunération…) est également judicieuse. Cela aidera à attirer les bonnes recrues, c’est-à-dire, celles qui sont vraiment intéressées.

Au moment où tous les détails sont revus et conformes aux attentes, la diffusion de l’offre d’emploi peut commencer. Outre les réseaux sociaux, il est recommandé de la répandre dans les endroits où votre recrue idéale pourrait la voir : auprès de Pôle Emploi ou les agences de reclassement, sur les plateformes de recherche d’emploi, dans les établissements centrés sur le secteur d’activité de l’entreprise ou sur le poste promu, au sein des CFA ou centres de formation d’apprentis.

L’entretien avec le postulant

Bien évidemment, le postulant sera un étudiant en alternance. Il pourrait s’agir de son premier entretien. De ce fait, il est conseillé de se montrer rassurant. Outre cela, rien ne diffère réellement des entretiens ordinaires. Cependant, sachez lire entre les lignes pour identifier sa vraie motivation ou s’il est compatible à ce que l’entreprise recherche. À l’issue de chaque entretien, donnez au demandeur une date limite de réponse. Cela lui permettra de poursuivre ses recherches dans le cas où cet entretien serait un échec.

Conseil 2 : Accueillir l’apprenti en alternance avec un plan d’intégration

Arriver au sein d’une nouvelle entreprise reste stressant, peu importe l’âge et l’expérience professionnelle. Pour faciliter l’intégration d’un alternant, il est nécessaire que ce dernier soit à l’aise au sein de ce nouvel environnement. Pour ce faire, commencer par un message de bienvenue est la meilleure idée. À envoyer quelques jours avant le début du contrat, ce mail peut renfermer plusieurs informations comme la date, l’heure et le lieu de rendez-vous. De même, il peut également renseigner sur la personne à qui s’adresser en arrivant.

À son arrivée au sein de l’entreprise, il sera temps de passer par le parcours d’intégration. Il s’agit surtout de visite de locaux, de réunion d’accueil informelle dans laquelle l’équipe de la branche de l’alternant se présente. Ce parcours vise notamment à familiariser l’alternant à l’environnement au sein de l’entreprise.

Conseil 3 : Attribuer le bon tuteur à l’étudiant en alternance

Comme son nom l’indique, un tuteur aura pour rôle d’accompagner le jeune alternant tout au cours de sa formation ou de son apprentissage. Il s’agit de la personne à qui l’étudiant en alternance s’adressera en cas de besoin. De même, le tuteur se chargera de :

  • Guider et renseigner l’apprenti sur les personnes à qui s’adresser pour les différentes tâches
  • Assurer les formations et les évaluations continues de l’étudiant en alternance
  • Accompagner le jeune alternant dans la réalisation des missions qui lui sont attribuées
  • Partager à l’apprenti les valeurs et les règles de vie collectives au sein de la société (tenues, horaires, attitudes et comportements…)
  • Informer le jeune alternant sur ce que l’entreprise attend de lui vis-à-vis des autres collègues et salariés.

Le tuteur doit ainsi être un salarié qualifié pour assurer cette mission. Pour ce faire, confiez l’alternant à une personne avec une expérience d’au moins deux ans au sein de l’entreprise. Cela permettra à l’apprenti de se former auprès d’une personne ayant les compétences nécessaires et connaissant les rouages du métier.

Conseil 4 : Échanger régulièrement avec l’apprenti et son établissement

Au cours de sa formation professionnelle ou son apprentissage, l’alternant pourrait se retrouver perdu ou dépassé. Pour éviter cela, il est nécessaire d’échanger régulièrement avec ce dernier. Cela permettra de faire une mise au point sur la situation et de l’aider à s’améliorer. De même, ces entretiens pourront pareillement aider l’alternant à gagner en autonomie et à mieux s’auto-évaluer. Dans certains cas, cela permettra également de le recadrer en cas de problème.

Autrement, il est aussi indispensable de rester en contact avec le centre de formation ou le référent pédagogique de l’apprenti pour que l’apprentissage ou la formation professionnelle en alternance se déroule bien. Pour ce faire, les deux partis communiqueront constamment des évaluations concernant les formations pratiques et théoriques de l’apprenti.

De même, ces échanges viseront à mettre en place un planning efficace et adapté aux deux parties. En effet, cette planification permettra d’arranger les séances de formation et les missions en entreprise avec l’emploi du temps du jeune alternant.

Cet échange tripartite entre l’entreprise, le référent pédagogique et l’apprenti lui-même vise à garantir une expérience bénéfique pour toutes les parties.

Conseil 5 : Clore la formation avec une évaluation

En plus des évaluations continues, il est nécessaire de clore la formation de l’alternant avec une évaluation globale. Elle visera à retracer le travail et l’évolution de l’apprenti durant sa période de formation au sein de la société. Pour ce faire, le tuteur est tenu de mettre en valeur les éléments satisfaisants. De même, le tuteur se chargera également de relever les points faibles de l’alternant. En tout cas, cela aidera l’alternant à progresser, à s’améliorer et à être plus vigilant dans l’avenir.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires