Tenir sa comptabilité en SARL : Comment faire ?

La Société À Responsabilité Limitée (SARL) permet à ses associés de protéger leur patrimoine personnel. En cas de difficulté financière, les créanciers ne peuvent donc saisir que les biens appartenant à la structure. Pour le bon déroulement de cette organisation, il est impératif d’avoir une gestion comptable impeccable. Dans ce guide, découvrez comment tenir la comptabilité d’une SARL.

comparez les logiciels de compta

comparer

Tenir la comptabilité en SARL : est-ce obligatoire ?

Il existe de nombreuses obligations en matière de comptabilité prescrites par la loi. En règle générale, toutes les sociétés commerciales, y compris la SARL, ont l’obligation tenir une comptabilité. Celle-ci doit être établie de façon régulière, rigoureuse et sincère. Par ailleurs, la SARL constitue une forme juridique soumise à l’impôt sur les sociétés. Elle est de ce fait susceptible de passer un contrôle fiscal.

Lorsque l’administration constate une omission de comptabilité au sein de la société, des sanctions peuvent s’appliquer conformément à l’article 1741 du Code de commerce. Concrètement, une société à risque limité qui n’a pas répondu à ses devoirs en termes comptable encourt jusqu’à 9 000 euros d’amende. Mais encore, des sanctions civiles peuvent être prononcées dans le cas où de réels préjudices personnels seraient démontrés.

Quelles sont les 4 obligations comptables annuelles en SARL ?

Les traitements comptables dans une SARL reposent sur plusieurs principes, dont celui de la régularité. À cet effet, une SARL est soumise à différentes obligations, à savoir :

  • L’enregistrement chronologique des mouvements affectant son patrimoine et l’établissement d’une facturation ;
  • La réalisation d’un inventaire annuel pour contrôler l’existence effective des éléments actifs et passifs du patrimoine ;
  • La production des comptes annuels (bilan, compte de résultat, annexe) et le dépôt au greffe du Tribunal de commerce ;
  • La conservation des documents comptables (livre-journal, grand livre, livre d’inventaire) et des pièces justificatives (factures, relevés de banque, journaux de paie…) pendant 10 ans.

Toutefois, la SARL bénéficie d’un régime d’imposition simplifiée qui lui permet d’obtenir des allègements comptables.

Ainsi, elle a la possibilité d’effectuer sa comptabilité de trésorerie (enregistrement des encaissements et des décaissements) tout au long de l’exercice comptable. Qui plus est, elle peut ne comptabiliser les créances et les dettes qu’à la clôture de l’exercice.

D’autre part, le représentant légal devra faire appel à un commissaire aux comptes si la structure dépasse deux des seuils ci-après :

  • Plus de 4 millions d’euros de chiffre d’affaires HT, 2 millions d’euros de total bilan et 25 salariés ;
  • Plus de 8 millions d’euros de chiffre d’affaires HT, 4 millions d’euros de total bilan et 50 salariés ;
  • Désignation d’un commissaire aux comptes par les associés représentant au moins 33,33 % du capital ;
  • Désignation d’un commissaire aux comptes par le juge à la demande d’un ou de plusieurs associés représentant au moins 10 % du capital.

La tenue des livres comptables d’une SARL

Les livres comptables regroupent l’ensemble des actifs et des passifs d’une entreprise. La tenue de ces registres est une obligation légale. Dans les détails, le gérant de la SARL doit enregistrer chronologiquement tous les mouvements financiers qui affectent ses biens.

De plus, il se révèle nécessaire de dresser l’inventaire des valeurs des actifs et des passifs qui composent ces biens une fois par an.

En pratique, on distingue 3 types de livres comptables obligatoires en SARL :

  • Le livre journal : pour recenser jour par jour et opération par opération les mouvements qui touchent le patrimoine de l’entreprise ;
  • Le grand livre : pour recueillir les écritures comptables transcrites sur le livre journal tout en prenant en compte du plan comptable de la structure ;
  • Le livre d’inventaire : pour reprendre les éléments actifs et passifs au moment de l’inventaire annuel (facultatif depuis le 1er janvier 2016.).

L’élaboration des comptes annuels d’une SARL ?

À chaque exercice social, le dirigeant doit établir des comptes annuels à déposer au greffe du Tribunal de commerce rattaché au siège de la SARL. Il s’agit :

  • Du bilan comptable ;
  • Du compte de résultat ;
  • De l’annexe légale.

Le bilan comptable

Le bilan est un document comptable dans lequel figure l’ensemble des ressources et des dépenses de l’entreprise à une date donnée, généralement à la clôture de l’exercice.

Celui-ci est considéré comme une photographie du patrimoine de la SARL. On y retrouve entre autres les capitaux propres, les immobilisations, la trésorerie, les dettes, les créances, etc.

Le compte de résultat

Le compte de résultat rassemble les charges et les produits de l’exercice. Dans cet état comptable, il y a notamment :

  • Le chiffre d’affaires ;
  • Les achats ;
  • Les impôts et les taxes ;
  • Les charges financières ;
  • Les charges externes ;
  • Les dotations aux amortissements ;
  • Etc.

L’annexe légale

L’annexe légale correspond à un document comptable qui apporte certaines informations et aide à mieux comprendre le bilan et le compte de résultat de la société. Cela dit, il faut savoir que les SARL de petite taille n’ont pas l’obligation de produire une annexe légale lorsque ces dernières ne dépassent pas deux des trois seuils ci-après durant leur dernier exercice :

  • Un chiffre d’affaires HT de 700 000 euros ;
  • Un total bilan de 350 000 euros ;
  • Un nombre moyen de salariés égal à 10.

Puis-je faire ma comptabilité seul ?

La loi n’impose pas le recours à un expert-comptable pour tenir la comptabilité d’une SARL. Ce qui signifie que l’entrepreneur peut lui-même s’occuper du processus comptable en interne. Par contre, cela nécessite des compétences spécifiques en la matière, mais aussi un respect des délais exigés.

À défaut, il est fortement conseillé d’utiliser un logiciel comptable voire de se faire accompagner compte tenu des nombreuses règles encadrant la comptabilité.

En réalité, la rigueur et la maîtrise des différentes techniques comptables s’avèrent indispensables en comptabilité. Dès lors que le gérant dispose d’une bonne base, il pourra accéder à une formation approfondie en vue d’aiguiser ses connaissances, surtout dans la manipulation des logiciels comptables.

Au cas où la SARL souhaiterait répartir les tâches, elle pourrait confier à un expert-comptable la révision et la validation des comptes ou bien l’établissement de la liasse fiscale et des comptes annuels. De cette manière, la structure pourra garder le contrôle des opérations courantes du processus et réaliser des économies sur le coût lié à sa comptabilité.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires