Se faire accompagner par un expert-comptable : Comment, Pourquoi ?

On désigne souvent l’expert-comptable comme le bras droit du chef d’entreprise. Et à raison ! De la création de l’activité à la disparition de celle-ci, ce professionnel du chiffre accompagne le chef d’entreprise dans toutes les étapes clés de la vie de son entreprise.

Loin de se limiter à la tenue de la comptabilité et au dépôt des comptes, le rôle de l’expert-comptable est pluriel. Il conseille le chef d’entreprise au quotidien et l’aide à faire des choix avisés.

Cette rubrique décrypte pour vous les missions de l’expert-comptable, et vous livre de bons conseils pour choisir le meilleur partenaire pour votre entreprise.

comparez les services d'experts comptables

comparer

Qu’est-ce qu’un expert-comptable ?

Un expert-comptable est un professionnel indépendant dont le rôle est d’assister le chef d’entreprise dans la gestion comptable, financière et administrative de son entreprise.

La mission de l’expert-comptable est duale : d’un côté, il exécute certaines tâches de nature comptable et fiscale, et de l’autre, il fournit des conseils au chef d’entreprise.

L’expertise comptable est une profession réglementée, contrôlée par l’Ordre des experts-comptables. Tout le monde ne peut pas devenir expert-comptable, ni exercer certaines missions réservées à ce corps de métier. À l’inverse, si une entreprise décide d’externaliser sa comptabilité, elle est tenue de s’adresser à un expert-comptable.

Dans l’exercice de sa mission, ce professionnel du chiffre est soumis à des obligations déontologiques et des normes professionnelles. Inscrit au tableau de l’Ordre des experts-comptables, son activité professionnelle fait l’objet de contrôles réguliers. 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le recours à un expert-comptable n’est pas bénéfique qu’aux entreprises de taille moyenne ou importante. Toutes les entreprises ont intérêt à solliciter l’expertise de ce professionnel du chiffre…. Y compris quand elles sont sur le point de naître.

Se faire accompagner par un expert-comptable : est-ce obligatoire ?

Il arrive que le chef d’entreprise, soucieux de réaliser quelques économies, se demande s’il est tenu de travailler avec un expert-comptable. Si le recours à un expert-comptable n’est pas obligatoire, choisir de s’en passer présente des risques sur de nombreux plans. L’économie serait alors vaine…

Le principe : l’expert-comptable n’est pas obligatoire

Aucune loi n’impose le recours à un expert-comptable. Il est possible de tenir sa comptabilité en interne exclusivement. Cela permet de ne pas alourdir les obligations pesant sur les petites entreprises et les sociétés nouvellement créées.

D’ailleurs, il est courant que les micro-entrepreneurs et les entrepreneurs individuels s’occupent eux-mêmes de leur comptabilité. Ils sont soumis à des obligations comptables et déclaratives allégées – surtout les auto-entrepreneurs – ce qui leur permet de ne pas déléguer cette tâche… À condition de s’y connaître un minimum !

Il ne faut donc pas confondre obligation de tenir une comptabilité, et obligation de se faire accompagner par un expert-comptable.

Par contre, lorsque le chef d’entreprise décide d’externaliser sa comptabilité, il ne peut avoir recours qu’à un expert-comptable.

Il existe cependant des cas dans lesquels le recours à un expert-comptable est obligatoire. C’est le cas des entreprises individuelles soumises aux BIC et BNC et qui adhèrent à un centre de gestion agréé. Si elles ne le font pas, elles perdent certains avantages fiscaux significatifs.

Pourquoi avoir recours à un expert-comptable s’il n’est pas obligatoire ?

Ce n’est pas parce que l’expert-comptable n’est pas obligatoire qu’il faut le mettre de côté. Au contraire ! Ce professionnel du chiffre peut devenir le véritable bras droit du chef d’entreprise, en l’accompagnement dans toutes les étapes stratégiques du développement de son activité.

Au-delà de ces considérations, ne pas avoir recours à un expert-comptable pour son entreprise comporte des risques non négligeables.

Éviter de faire des erreurs

La comptabilité est un métier qui ne s’invente pas.

La gestion administrative et comptable d’une entreprise est dense. De multiples aspects sont à gérer simultanément : les déclarations fiscales, les formalités juridiques, la tenue de la comptabilité, le dépôt annuel des comptes, la gestion des fiches de paie…

Choisir de ne pas avoir recours à un expert-comptable fait apparaître un fort risque d’erreur. Dans ce cas, personne n’est derrière le chef d’entreprise ou ses salariés pour contrôler les documents !

En outre, en cas de contrôle de l’administration fiscale, le chef d’entreprise se prive de l’aide et du soutien d’un expert-comptable.

Se tenir à jour de la législation

La fiscalité et le droit sont des matières particulièrement mouvantes. Chaque année voit naître son lot de réformes, de bouleversements, de nouvelles obligations… Il est difficile de suivre la cadence, à moins d’effectuer une veille économique et juridique constante.

Or, ne pas être au courant des dernières nouveautés juridiques et fiscales expose le chef d’entreprise a des sanctions financières, puisqu’il ne remplit alors pas ses obligations.

Avoir recours à un professionnel du chiffre permet de lui confier cette veille chronophage, et d’être informé en temps réel des derniers textes de loi.

Être averti à temps des risques comptables

Avoir recours à un expert-comptable permet d’être conseillé tout au long de la vie de l’entreprise. L’expert-comptable est tenu d’avertir son client lorsqu’il identifie certains risques susceptibles de porter atteinte à la santé financière et économique de l’entreprise. C’est le cas, par exemple, des retards de paiement de certains clients.

Lorsqu’une opération se prépare, par exemple une acquisition de société, l’expert-comptable apporte son expertise à son client et l’aide à faire des choix avisés.

Se libérer du temps pour d’autres tâches

La tenue de la comptabilité est une tâche très chronophage. Le chef d’entreprise, déjà sollicité de toutes parts, peut difficilement intégrer cette activité-là dans son emploi du temps.

Avoir recours à un expert-comptable lui permet au contraire d’économiser un temps précieux pour se consacrer au développement de son activité.

Les missions de l’expert-comptable

Les missions de l’expert-comptable sont plurielles. Bien sûr, la tenue de la comptabilité constitue l’une de ses missions phares. Mais son rôle ne s’arrête pas là.

L’expert-comptable accompagne et conseille le chef d’entreprise à tous les stades du développement de son activité. Il est ainsi d’une aide précieuse lors de la création d’entreprise. Au cours de la vie sociale, il apporte un soutien dans la gestion de la société. Il agit en collaboration avec les autres services.

L’étendue de sa mission dépend en grande partie de la taille de la société. Si certains experts-comptables tiennent un rôle limité, d’autres interviennent dans tous les aspects de la vie de l’entreprise.

Un accompagnement lors de la création d’entreprise

La création d’entreprise est une étape décisive. Des erreurs commises lors de la naissance de l’activité (oublis, prises de risques, choix peu judicieux…) peuvent avoir des répercussions désastreuses.

La création d’entreprise implique de faire de nombreux choix et de réaliser toute une batterie de formalités. Le recours à un expert-comptable avant de créer sa société permet alors à l’entrepreneur d’être informé, de s’assurer de ne rien oublier, et de faire des choix en connaissance de cause.

Recherche de financement, choix de la forme juridique, rédaction des statuts… De nombreuses étapes de la création d’entreprise justifient le recours aux services d’un expert-comptable.

Bien choisir son statut juridique

Le choix du statut juridique est l’une des grandes questions lors de la création d’activité. Ce choix doit être fait en connaissance de cause, puisqu’il a d’importantes répercussions en matière fiscale, juridique, comptable ou encore sociale.

Le droit français propose aux entrepreneurs une large gamme de statuts juridiques, présentant chacun des caractéristiques propres. Certaines formes juridiques ne seront pas adaptées à l’activité envisagée, tandis que d’autres s’avèreront optimales.

L’expert-comptable aide à ce stade l’entrepreneur à choisir un statut juridique parfaitement cohérent au regard du projet de création d’entreprise. Par son expérience et ses compétences, il oriente le choix du chef d’entreprise en lui faisant se poser les bonnes questions. Par exemple, il l’informe sur le statut social auquel il sera soumis en choisissant telle ou telle forme sociale.

Accomplir les formalités nécessaires

Créer une entreprise impose la réalisation de formalités spécifiques : rédaction des statuts, dépôt de capital social, publication d’une annonce dans un journal d’annonces légales, dépôt d’un dossier d’immatriculation auprès du CFE compétent…

Par sa parfaite connaissance du droit des affaires, l’expert-comptable veille à ce que son client n’oublie rien et réalise dans les délais toutes les formalités exigées. Il peut d’ailleurs réaliser lui-même, pour le compte de son client, l’ensemble des formalités.

De façon accessoire à une mission d’expertise-comptable plus générale, l’expert-comptable peut se charger de la rédaction des statuts. Celle-ci ne doit en effet pas être négligée, puisque des statuts mal rédigés ou incomplets peuvent provoquer litiges et paralysie de l’entreprise.

Obtenir un financement

Certains entrepreneurs ont besoin d’un financement externe pour lancer leur entreprise. Ce financement peut être obtenu auprès des banques, ou encore auprès d’investisseurs appelés business angels.

Pour cela, le chef d’entreprise est tenu d’établir un business plan. Un soin tout particulier doit être apporté à ce document pour réussir à convaincre les acteurs financiers. Il se veut cohérent, solide et parfaitement argumenté. Le business plan doit présenter des éléments prévisionnels chiffrés.

S’il n’est pas bien fait, le business plan risque de porter préjudice au chef d’entreprise en l’empêchant d’obtenir le financement dont il a besoin.

Il peut s’avérer difficile de réaliser un business plan tout seul, a fortiori sans compétences ni expériences particulières. C’est là qu’intervient l’expert-comptable. Grâce à son excellente maîtrise des aspects financiers des entreprises et son expérience dans l’élaboration d’états prévisionnels, l’expert-comptable peut aider l’entrepreneur à monter son dossier.

En outre, la présence de l’expert-comptable lors des rendez-vous avec les divers partenaires financiers peut être gage de confiance et de sérieux pour ces derniers. L’expert-comptable saura avancer les arguments pertinents pour appuyer le dossier de son client.

La tenue de la comptabilité

L’expert-comptable doit bien entendu tenir la comptabilité et procéder aux déclarations fiscales.

Deux modalités sont ici envisageables : l’expert-comptable peut assister le comptable dans cette tâche, ou bien réaliser lui-même la gestion comptable de l’entreprise.

Dans le cadre de cette mission, il est tenu d’enregistrer les opérations comptables puis d’élaborer, en fin d’exercice, les états financiers de synthèse (parmi lesquels le bilan et le compte de résultat).

La gestion des ressources humaines

Il arrive, notamment dans des structures peu importantes ou très jeunes, que le rôle de l’expert-comptable s’étende à la gestion des ressources humaines.

L’expert-comptable peut ainsi contribuer, en présence ou non d’un responsable RH, à l’établissement des notes de paie, des contrats de travail, ou encore des déclarations sociales.

Il est alors chargé de placer l’entreprise en conformité avec ses obligations sociales.

La gestion du secrétariat juridique

Un grand nombre de formalités doivent être réalisées au cours de la vie de l’entreprise.

Des formalités doivent tout d’abord être effectuées sur une base annuelle. C’est le cas de la convocation des associés aux assemblées générales, la rédaction de rapports de gestion ou des comptes-rendus d’assemblée générale.

En outre, un changement dans la situation juridique de l’entreprise impose elle aussi l’accomplissement de formalités spécifiques. C’est le cas de la modification des statuts. Il convient de convoquer une assemblée générale, de rédiger un procès-verbal, de procéder à la réécriture des clauses concernées, puis d’accomplir les formalités de publicité.

Toutes ces tâches de secrétariat juridique peuvent incomber à un cabinet d’expertise comptable.

Systèmes d’informations

L’expert-comptable peut également optimiser les services informatiques, tels que le stockage de l’information ou l’échange des données.

L’automatisation est la clé essentielle pour une meilleure gestion et productivité de l’entreprise. Il est important que le chef d’entreprise se dote d’outils performants et modernes pour ne pas perdre d’argent.

L’expert-comptable peut alors aider le chef d’entreprise à mettre en place des logiciels informatiques pour stocker les données et faciliter les échanges d’informations. Il prescrit à son client les logiciels et applications les plus efficaces à sa connaissance, pour garantir à l’entreprise sécurité et efficacité dans la gestion des données.

L’installation d’un logiciel pour gérer plus efficacement les notes de frais et centraliser les justificatifs de dépenses des salariés peut par exemple être conseillée.

Un rôle de conseiller

D’une manière générale, l’expert-comptable tient un rôle de conseil de l’entreprise pour les questions fiscales et sociales. Il oriente le chef d’entreprise sur les choix les plus opportuns et l’avertit des risques afférents à telle ou telle décision.

En cas de litige avec l’administration, l’expert-comptable peut représenter ou accompagner l’entreprise dans ses échanges et pourparlers avec l’administration fiscale.

L’expert-comptable peut également intervenir lors de la conclusion de contrats de gestion et d’affaires. Il est habilité à négocier les contrats commerciaux et à participer aux relations avec les partenaires financiers.

S’agissant du contrôle de gestion, l’expert-comptable peut enfin mettre en place les différents tableaux de bord et les indicateurs de nature à surveiller et piloter efficacement l’activité de l’entreprise.

Comment choisir son expert-comptable ?

L’expert-comptable est le partenaire privilégié du chef d’entreprise. Il l’accompagne dans les moments clés de la vie de son entreprise. En raison de son rôle déterminant, il est important de prendre le temps de bien le choisir.

Avant même de s’interroger sur le choix de son expert-comptable, la différence avec le comptable doit être bien comprise. Il arrive parfois que l’entreprise arbitre entre comptable et expert-comptable.

Comptable ou expert-comptable : quelle différence ? Que choisir ?

Si le comptable et l’expert-comptable sont tous les deux des professionnels du chiffre en charge de la gestion financière de l’entreprise, ils ne doivent pas être confondus.

La première différence entre comptable et expert-comptable tient à leur formation et leur qualification. L’expertise-comptable est une profession réglementée. Elle est accessible après un diplôme bac +8 reconnu par l’État et l’inscription à l’Ordre des experts-comptables.

À l’inverse, le métier de comptable n’est pas réglementé. On y accède après deux à cinq années d’études.

En découlent des missions et des responsabilités différentes. Le comptable est généralement salarié dans une entreprise. Il s’occupe des opérations comptables courantes : enregistrement comptable, établissement de fiches de paie simples… Il peut procéder à des déclarations fiscales, voire éventuellement préparer un bilan. Il ne donne pas de conseils juridiques ou fiscaux.

À l’inverse, l’expert-comptable est un professionnel indépendant et occupe, en plus des missions habituellement confiées aux comptables, des missions spécifiques : vérification des comptes de l’entreprise, assistance en cas de contrôle fiscal… Il se fait parfois assister par un comptable dans les missions de base.

Missions plus pointues et, partant, responsabilité plus étendue… L’expert-comptable a l’obligation de souscrire une assurance de responsabilité civile.

Si les services d’un expert-comptable ne sont pas obligatoires, il est évident que sa présence est incontournable pour assurer la pérennité de l’entreprise. Le coût ne doit pas être le seul critère de choix entre comptable et expert-comptable.

Les critères pour choisir son expert-comptable

Une fois que le chef d’entreprise a décidé d’externaliser sa comptabilité pour la première fois ou qu’il a décidé de changer d’expert-comptable, il doit choisir le professionnel qui va l’accompagner.

Outre le fait que l’expert-comptable choisi doit être inscrit au tableau de l’Ordre des experts-comptables, certains critères permettent de faire un choix avisé.

Il est ainsi important de considérer le secteur d’activité. Il existe plusieurs types d’experts-comptables : si certains sont généralistes, d’autres se sont spécialisés dans des domaines précis (par exemple, le secteur de la santé).

La taille de l’entreprise importe également. Certains experts-comptables travaillent uniquement avec des grandes sociétés, tandis que d’autres ne s’adressent qu’aux jeunes entrepreneurs.

Enfin, l’expert-comptable occupe une place importante au sein de la société, et sera amené à entretenir des relations régulières avec le chef d’entreprise. Pour cette raison, il est important de ne pas négliger les qualités humaines.

Le chef d’entreprise doit se sentir à l’aise avec son expert-comptable, tout en pouvant lui faire entièrement confiance. Il n’est pas question de traiter au quotidien avec une personne peu empathique ou très peu disponible.

Il existe bien sûr d’autres critères, comme le montant de ses honoraires. Cela ne doit cependant pas devenir le premier critère du chef d’entreprise.

Comment trouver son expert-comptable ?

Une fois que l’on a bien passé en revue les critères sur lesquels fixer son attention, il est temps de partir à la recherche du partenaire idéal. Plusieurs méthodes coexistent pour trouver son expert-comptable.

Trouver un expert-comptable grâce à son réseau

Le réseau reste encore aujourd’hui l’un des leviers les plus puissants pour trouver des partenaires de confiance pour son entreprise.

Il ne faut pas hésiter à interroger son entourage. Nombreux sont les entrepreneurs ayant déjà fait appel aux services d’un expert-comptable. Le bouche-à-oreille fonctionne toujours très bien lorsque l’on est satisfait de la prestation d’un professionnel.

Les chefs d’entreprise ne sont pas les seuls à pouvoir conseiller des experts-comptables de confiance. Certains professionnels (notaires, avocats, conseillers de la CCI…) peuvent également mettre l’entrepreneur en relation avec un professionnel fiable.

Trouver un expert-comptable sur Internet

Il est bien évidemment possible de trouver un expert-comptable sur Internet. Cela peut être soit un expert-comptable en ligne, soit un expert-comptable de proximité, c’est-à-dire un professionnel possédant un cabinet physique.

Ici, le plus difficile est d’identifier les bonnes informations parmi les mauvaises. De très nombreuses informations circulent sur Internet, et l’information est moins fiable que le bouche-à-oreille.

Dans un cas comme dans l’autre, il est important de prendre le temps de faire son choix à la lumière des critères évoqués plus haut.

Combien coûte un expert-comptable ?

Avoir recours à un expert-comptable représente un coût.

Plus qu’un coût, c’est en réalité un réel investissement rentable sur le long terme. En confiant sa comptabilité à un expert-comptable, le chef d’entreprise gagne en sérénité et en temps. Les avantages sont tels, qu’ils dépassent rapidement son coût.

Les tarifs d’un expert-comptable

Les « honoraires » désignent le tarif d’un expert-comptable.

Il n’existe pas de grille indicative des tarifs d’un expert-comptable. Tout dépend de l’étendue de sa mission ! D’une entreprise à l’autre, son rôle peut être sensiblement différent.

Outre l’incidence de la nature des missions, le tarif de l’expert-comptable varie en fonction d’une multitude de critères :

  • La renommée et l’expérience de l’expert-comptable.
  • Sa localisation : un expert-comptable parisien coûte nécessairement plus cher qu’un expert-comptable établi dans une petite ville.
  • Les frais engagés lors de l’exercice de sa mission.
  • La consistance de la mission (volume, difficulté…).
  • Le temps passé… Etc.

Les honoraires de l’expert-comptable sont indiqués de manière transparente dans la lettre de mission qu’il signe obligatoirement avec son futur client. Ce document détaille également les missions à réaliser.

L’expert-comptable est libre de déterminer ses tarifs et la façon de les présenter. Cela peut prendre la forme d’un tarif forfaitaire avec engagement sur un prix ferme, ou encore consister en un forfait régularisé.

Les tarifs peuvent être très différents d’un cabinet comptable à l’autre. Comparer les prix des uns et des autres permet de faire des économies, même si cela ne doit pas devenir le principal critère de choix.

Recours à un expert-comptable : comment payer moins cher ?

Il existe différents moyens de payer moins cher un expert-comptable.

Il est tout d’abord possible de recourir à un expert-comptable en ligne, qui appliquera des tarifs moins élevés que ceux des professionnels traditionnels. Cela s’explique par le fait que les experts-comptables en ligne disposent de moyens technologiques innovants leur permettant de gagner du temps.

Bien sûr, il convient de prendre les précautions habituelles en s’assurant que le professionnel en question est bien inscrit à l’Ordre des experts-comptables.

Le coût d’un expert-comptable en ligne peut démarrer à 600 € HT par an pour une comptabilité simple.

Ce n’est pas le seul moyen de baisser la facture. Tenir une comptabilité organisée pour faire gagner du temps à son prestataire, ou encore entretenir une relation de confiance avec lui sans entraver sa mission, contribuent à réduire le coût de la mission.

Les différences entre expert-comptable et commissaire aux comptes

Si les experts-comptables et les commissaires aux comptes sont tous les deux des professionnels de la comptabilité, leurs missions ne doivent pas être confondues. Ces deux métiers sont en effet fondamentalement différents.

Le commissaire aux comptes et l’expert-comptable n’ont tout d’abord pas le même statut. Le commissaire aux comptes est lui aussi titulaire du DEC (Diplôme d’Expertise Comptable), mais il est inscrit à la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes après avoir effectué deux années de stage obligatoire.

Autre différence : leur nomination. Si l’expert-comptable est nommé de façon directe par le chef d’entreprise, le commissaire aux comptes est désigné par les statuts ou par les associés réunis en assemblée générale.

Les expertises de ces deux professionnels se rapprochent, mais leurs missions sont différentes. Contrairement à l’expert-comptable, le commissaire aux comptes est chargé d’une mission prescrite et encadrée par la loi. On parle de mission légale.

Le commissaire aux comptes est chargé en particulier de contrôler et certifier les comptes annuels de l’entreprise, et d’attester de leur régularité et sincérité. Il doit pour cela suivre une procédure stricte d’audit, dictée par le Code de Commerce.

Le commissaire aux comptes a d’autres missions, comme l’accomplissement de vérifications spécifiques – telles que le contrôle des conventions réglementées, ou la rédaction de rapports spéciaux.

Enfin, l’intervention d’un commissaire aux comptes est parfois prescrite par la loi. L’expert-comptable, lui, n’est jamais obligatoire.

Ainsi, l’expert-comptable et le commissaire aux comptes doivent bien être distingués. Ils n’exercent fondamentalement pas le même métier, tant du point de vue de leur formation,

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires