Quelles aides financières demander pour créer sa startup ?‌

Vous souhaitez créer votre startup ? Mais vous avez peur que votre projet soit trop ambitieux par rapport aux finances que vous êtes prêt à investir dans votre startup ? Pour permettre aux jeunes entreprises et aux startups de lancer leur activité et concevoir leurs produits ou leurs prestations de services, plusieurs aides financières sont proposées et généralement accessibles sans trop de restrictions. En effet, beaucoup de fonds d’investissement que ce soit dans le secteur privé ou dans le public ont saisi toute la valeur que peuvent apporter les startups innovantes dans le marché économique.

Afin de soutenir financièrement vos différents projets, vous pouvez vous appuyer aussi bien sur des aides publiques que sur des aides dans le secteur privé. De plus, certaines aides sont cumulables. Cela permet pour un certain nombre de startups de financer une très grande majorité du processus de conception et de production de leurs produits. Afin d’y voir plus clair sur toutes les aides financières qui vous sont accessibles, voici une présentation des principaux dispositifs d’aides mis en place selon la phase de développement de votre entreprise.

comparez les banques pros

comparer

La bourse French Tech pour financer la création d’une entreprise prometteuse

La bourse French Tech est une aide bien connue des jeunes entrepreneurs qui souhaitent obtenir des subventions dès la phase de développement du projet innovant. En effet, cette aide permet de couvrir jusqu’à 70 % des dépenses des études de conception et de faisabilité du projet dans la limite de 30 000 €.

Ainsi, si vous craignez de ne pas pouvoir financer les études préalables à la conception de votre produit ou de votre service, la bourse French Tech représente une aide financière non négligeable pour commander une étude de marché, bénéficier d’un accompagnement pour la réalisation de son business model, payer les frais de dépôt d’un brevet, etc.

Les aides financières pour la recherche et développement (R&D)

Une fois que vous avez estimé la faisabilité de votre projet innovant et validé votre business model, votre startup aura certainement besoin d’un apport de capitaux pour sa phase de recherche et développement. En effet, selon le produit ou le service que vous souhaitez développer la phase de recherche et développement comprend bien souvent un volet ingénierie, industrialisation, commercialisation, etc.

La réalisation de ces différents travaux préparatoires représente bien souvent un coût relativement important pour une jeune startup. C’est notamment pour cela que plusieurs aides financières sont proposées telles que :

  • les partenariats régionaux d’innovation faisabilité (PRI) qui représentent une aide d’État en collaboration avec à l’heure actuelle 4 régions (les Hauts-de-France, le Grand Est, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Pays de la Loire) ;
  • l’aide pour la faisabilité de l’innovation (AFI) qui prend la forme d’une subvention ou d’une avance récupérable pour aider au financement des études d’évaluation et de conception du projet innovant.

Selon la nature de votre projet de startup, vous pouvez également prétendre à d’autres aides financières. Pour les startups souhaitant se spécialiser dans une innovation technologique, il est possible de participer à différents concours tels que :

  • le concours d’innovation qui est réservé aux porteurs de projets ambitieux présentant un business plan qui possède toutes les chances d’une croissance à l’international ;
  • le concours i-Lab qui récompense d’une subvention à hauteur de 600 000 € maximum les porteurs de projets ayant un projet d’innovation viable et rapidement exploitable ;
  • le Prix Pépite qui est également un concours destiné aux jeunes entrepreneurs étudiants et aux jeunes diplômés souhaitant lancer leur première startup.

Bon à savoir : l’écologie étant devenue un sujet d’innovation aussi porteur que le numérique et la technologie en général, il est également possible de demander des aides financières auprès de l’agence de la transition écologique (ADEME) pour les projets innovants permettant par exemple :

  • de réduire les émissions de gaz à effet de serre ;
  • d’optimiser la consommation d’énergies renouvelables ;
  • de réhabiliter des friches et des lieux pollués sur un modèle économique plus respectueux de l’environnement ;
  • de proposer un modèle de conception, de production et de recyclage basé sur un concept d’économie circulaire ;

Par conséquent, pour augmenter toutes vos chances d’obtenir des aides financières intéressantes pour le développement de votre startup, il est essentiel de régulièrement vérifier les différents concours qui sont programmés à destination des startup et des jeunes entreprises. Vous pouvez par exemple vous rendre sur des sites Internet qui recensent une bonne majorité des concours ouverts aux jeunes entrepreneurs tels que le site Madyness.

Les prêts et levées de fonds pour la phase de lancement

Une fois votre gamme de produits et/ou de services conçue et toutes les études de faisabilité du projet validées, votre startup pourra entrer dans la phase de lancement et de développement de son activité. Il s’agit à cette étape de lancer la production et la commercialisation de votre offre de produits ou de services. Bien évidemment, cette étape représente également un coût financier qui peut être plus ou moins important pour la startup n’ayant jusqu’alors pas commencé à réaliser de ventes.

Par conséquent, il est essentiel de soutenir toutes les startups et jeunes entreprises à ce stade afin de ne pas avoir fait tout ce long chemin de conception, d’études et d’investissements préalables pour rien. Pour cela, les startups peuvent notamment s’orienter vers la souscription d’un prêt ou d’une levée de fonds auprès d’investisseurs.

Pour les levées de fonds, il faudra s’adresser auprès d’investisseurs. Il est donc important ici d’utiliser votre force de persuasion avec à l’appui un business plan bien construit et viable.

Concernant les prêts, ils peuvent être souscrits auprès de banques ou bien encore auprès de la banque d’investissement public française (Bipfrance).

Ces derniers ont généralement des conditions d’octroi très favorables pour les startups ce qui permet d’obtenir un financement peu contraignant pour les jeunes entrepreneurs. Parmi les prêts proposés par la Bipfrance, vous pouvez bénéficier :

  • du prêt innovation qui permet de financer la production et la commercialisation d’un produit ou d’un service innovant en France avec un montant pouvant atteindre les 5 millions d’euros ;
  • l’aide pour le développement de l’innovation qui peut prendre la forme d’un prêt à taux zéro jusqu’à 3 millions d’euros pour financer les travaux nécessaires à l’industrialisation et à la commercialisation d’un produit ou d’un service innovant ;
  • le contrat de développement innovation qui est un prêt ne nécessitant aucune garantie ni caution pour être accordé et qui peut aider au financement des besoins immatériels et au fonds de roulement pour un montant compris entre 40 000 et 300 000 € ;
  • le prêt d’amorçage qui permet d’augmenter la trésorerie des startup afin de leur apporter une stabilité financière pour préparer par exemple une levée de fonds auprès d’investisseurs ;
  • le prêt d’amorçage investissement qui peut être souscrit après une levée de fonds afin d’obtenir un financement complémentaire à celui apporté par les investisseurs pour un montant pouvant s’élever jusqu’à 500 000 €.

Les fonds d’investissement pour une relation gagnant-gagnant

Plusieurs fonds d’investissement permettent de financer les projets de bon nombre de jeunes entreprises et startups. Les investisseurs choisissent la startup auprès de laquelle ils souhaitent investir leurs capitaux pour ensuite bénéficier d’avantages tels que l’octroi de parts sociales au sein de la startup ou bien encore d’avantages fiscaux. Parmi les fonds d’investissement les plus populaires auprès des startups, vous pouvez vous renseigner auprès :

  • des fonds publics de capital investissement ;
  • des fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) ;
  • des fonds Innov’ess qui permettent de soutenir financièrement les projets d’entreprises solidaires et innovantes avec des fonds d’apport en fonds propres ce qui amène nécessairement une prise de participation des investisseurs provenant de ce dispositif.

Les avantages fiscaux pour soutenir l’innovation

Ce n’est un secret pour personne, les charges fiscales et sociales représentent une part importante des dépenses pour une jeune entreprise. Afin d’aider les jeunes startups au début de leur activité, des allégements fiscaux sont proposés afin de préserver la trésorerie nouvellement constituée de ces jeunes entreprises.

Parmi les principaux dispositifs d’allégement fiscal, si vous répondez aux conditions d’octroi vous pouvez demander à bénéficier :

  • de l’aide à la création ou à la reprise d’entreprise (ACRE) qui correspond à une exonération partielle des charges sociales pendant la première année d’activité ;
  • du crédit d’impôt recherche (CIR) qui permet de déduire de l’impôt sur le revenu ou de l’impôt sur les sociétés les dépenses de recherche et développement pendant l’année durant laquelle ces dépenses ont été réalisées ;
  • du crédit d’impôt innovation (CII) qui permet également de déduire de l’impôt sur le revenu ou de l’impôt sur les sociétés les dépenses qui ont été réalisées dans le cadre de la conception ou de l’installation de nouveaux prototypes ou pilotes innovants pour l’activité de la startup ;
  • du statut de la jeune entreprise innovante (JEI) qui permet aux jeunes startups de bénéficier d’une exonération totale ou partielle sur l’impôt sur les sociétés, sur la taxe foncière, sur la contribution économique territoriale (CET) ainsi que sur les cotisations sociales ;
  • du statut de la jeune entreprise universitaire (JEU) avec une possible exonération d’impôt sur les bénéfices pendant 2 ans, d’une exonération de la taxe foncière et/ou de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pendant 7 ans maximum et d’une exonération des cotisations sociales patronales pendant une durée maximum de 8 ans.

En résumé, en tant que jeunes entrepreneurs souhaitant lancer sa startup, vous pouvez bénéficier de nombreuses aides financières et d’avantages fiscaux pour soutenir votre projet à chaque étape de son évolution. De la création de votre startup, au lancement de votre produit ou votre service en passant par la phase de recherche et développement, de nombreux dispositifs d’aides et d’emprunts à des conditions favorables pour les jeunes entrepreneurs permettent chaque année de soutenir l’innovation.

Par conséquent, n’hésitez pas à présenter votre projet de startup à différents organismes afin de pouvoir bénéficier de tous les aides financières et dispositifs d’allégements fiscaux applicables à votre projet de startup.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires