Comment garantir le financement de son entreprise ? Les solutions envisageables

Vous envisagez de recourir à un emprunt bancaire pour financer votre entreprise ? Vous n’êtes pas sans savoir que les banques ne se contenteront pas d’évaluer votre capacité à régler vos mensualités. Elles exigeront également une garantie solide pour se prémunir du risque de non-paiement. Si vos garanties personnelles et réelles sont limitées, sachez qu’il existe une autre option intéressante, aussi bien pour vous que pour votre banquier : le recours à une garantie de prêt. Pour connaitre les différentes garanties de prêt disponibles, nous vous invitons à lire le présent article.

comparez les organismes de financement

comparer

Qu’est-ce qu’une garantie de prêt ?

Pour pouvoir répondre favorablement à une demande de prêt, un établissement bancaire a besoin d’une assurance pour couvrir les pertes au cas où l’emprunteur n’arrive plus à assurer le remboursement de sa dette face à des difficultés de financement.

La garantie peut être fournie par le porteur de projet et ses associés, au titre d’une caution personnelle et/solidaire.

Par ailleurs la banque peut solliciter une garantie réelle quand il s’agit de biens de type immobilier, fonds de commerce ou parts sociales. Elle a alors à sa disposition :

  • L’hypothèque dans le cadre des financements immobiliers par exemple
  • Le nantissement de fonds commerce ou de parts sociales

Enfin, cette assurance peut être fournie par un organisme de garantie qui s’engage à s’acquitter d’une partie de la créance de l’emprunteur. Jusqu’à 70 % du montant du prêt accordé, moyennant le paiement d’une cotisation par l’emprunteur ou par un établissement de trésorerie.

Comme nous le disions dans l’introduction, le recours au dispositif de garantie présente des avantages pour les deux parties. D’un côté, la banque sécurise son engagement (ce qui facilite sa décision d’octroyer des crédits). Et d’un autre côté, la demande de garantie personnelle de l’emprunteur est limitée, voire carrément supprimée. Focus sur les dispositifs et les organismes de crédits de cette forme.

La garantie création de Bpifrance

Vous êtes à la tête d’une jeune PME et vous avez besoin d’un accompagnement pour vous installer ou assurer le développement de votre activité en lançant un nouveau produit ? En vous adressant à Bpifrance, vous frappez à la bonne porte pour trouver des investisseurs.

L’offre de Bpifrance garantit vos prêts à hauteur de 60 % dans deux cas précis :

  • une création ex nihilo
  • ou une intervention conjointe entre cet organisme et la Région.

Pour les autres cas, la garantie couvre 50 % du concours bancaire.

La garantie d’accompagnement de création de Bpifrance vous permet entre autres de couvrir l’achat de fonds de commerce, vos besoins en fonds de roulement, un découvert notifié ou encore un investissement matériel et immatériel.

À titre de rappel, une PME désigne une entreprise de forme indépendante de moins de 250 salariés et dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas les 50 millions d’euros. Autre petite précision : pour bénéficier de l’offre de Bpifrance, vous devez avoir moins de trois ans d’existence dans votre dossier.

Les sociétés de caution mutuelle (SCM)

Ces établissements de crédit constitués en sociétés coopératives se portent garants des prêts professionnels des entrepreneurs en prenant en charge le solde de leur emprunt à hauteur de leur engagement.

Les SCM couvrent les financements de l’entrepreneur en garantissant directement auprès de l’établissement de trésorerie ou en contre-garantissant le banquier.

Pour bénéficier de la garantie de prêt offerte par ces investisseurs, vous devez prendre contact avec les banques commerciales qui octroient des prêts professionnels.

Vous pouvez également vous adresser à l’Association française de sociétés financières (ASF) pour avoir la liste complète des sociétés de caution mutuelle.

Cela sous-entend que vous devez devenir membre d’une société de caution mutuelle, c’est-à-dire :

  • souscrire à son capital,
  • payer une cotisation pour le fonds de garantie (remboursable trois mois après la fin du crédit pour un remboursement intégral de la dette),
  • verser une commission de risque calculée au prorata temporis.

Exemples de sociétés de caution mutuelle

La SIAGI — numéro 1 de la garantie du financement de la reprise des petites entreprises en France — garantit votre accès au crédit en couvrant jusqu’à 80 % du montant emprunté. Pour ce faire, cette société de caution mutuelle gère un fonds mutuel de garantie qui est alimenté par vos cotisations.

La Socama est une association à but non lucratif au service des entrepreneurs. Sa mission : les aider à concrétiser les projets professionnels de l’entrepreneur et à protéger son patrimoine personnel. Sa garantie de prêt est faite pour vous si vous souhaitez créer une entreprise, assurer le développement de votre activité ou reprendre une activité existante.

Les fonds de garantie gérés par France Active

La Garantie France Active

Cette garantie de prêt est destinée aux personnes sans emploi ou en situation de précarité économique qui souhaitent monter leur propre entreprise. Elle s’adresse également aux personnes qui souhaitent créer ou développer une entreprise de l’économie sociale et solidaire.

La Garantie France Active couvre 65 % du montant de votre prêt si votre entreprise est en phase de création ou si elle a moins de trois ans d’existence. Dans les autres cas, la garantie de prêt s’élève à hauteur de 50 %. À noter que le montant de l’apport de garantie est plafonné à 45 000 ou 100 000 euros selon le cas.

Le Fonds de garantie à l’initiative des femmes

Cette garantie de prêt s’adresse aux femmes qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise ou bien développer une activité et qui ont besoin d’une source d’investissement. Elle couvre jusqu’à 70 % du montant de l’apport de la créance.

Pour bénéficier de l’aide du Fonds de garantie à l’initiative des femmes, le montant de votre prêt doit être égal ou supérieur à 5 000 euros. Vous devez également savoir que le montant garanti n’excède pas la somme de 45 000 euros.

En matière de dispositifs et d’organismes de garantie, vous avez l’embarras du choix si vous avez des difficultés de financement. Ceux que nous venons de vous présenter ne sont que des exemples. En effet, vous pouvez également faire appel aux fonds de garantie régionaux ou départementaux créés à l’initiative des collectivités locales. Pour de plus amples renseignements, nous vous invitons à consulter le dossier du site les-aides.fr.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires