Se financer en crowdfunding : Pourquoi, comment ?

Alternatives intéressantes au financement bancaire, le crowdfunding et crowdlending ont connu un grand essor ces dernières années. Pour preuve, le dernier baromètre publié par KPMG et l’association spécialisée FPF a fait état de 1,4 milliard d’euros collectés en financement participatif. Et ce n’est pas près de changer. Vous songez au crowdfunding et crowdlending pour financer votre projet entrepreneurial ? Suivez le guide.

Crowdfunding et crowdlending : petit retour sur ces deux formes de financement participatif

Financement Participatif France ou FPF définit le crowdfunding comme « un outil de collecte de fonds opéré via une plateforme internet permettant à un ensemble de contributeurs de choisir collectivement de financer directement et de manière traçable des projets identifiés ».

Le crowdfunding s’adresse aux créateurs et repreneurs d’entreprises et est souvent utilisé en complément d’autres solutions de financement comme les prêts bancaires, les microcrédits, les prêts d’honneur, etc. Il consiste à entrer dans le capital d’une entreprise en échange de parts sociales ou d’actions. Ainsi, si l’entreprise réussit, le gain peut être conséquent. D’ailleurs, les actionnaires peuvent décider de distribuer des dividendes. Dans le cas contraire, l’investisseur peut perdre tout son argent.

Sous-catégorie du crowdfunding, le crowdlending est un prêt sous forme de contrats de prêts, de minibons (appelés bons de caisse auparavant) ou d’émissions obligataires. Autrement dit, l’investisseur est remboursé à hauteur de son financement selon des échéances prévues avec des intérêts fixés préalablement. Et ce que le projet soit un succès ou non.

Pourquoi se financer en crowdfunding ?

Le crowdfunding et crowdlending présentent de nombreux avantages. C’est la raison pour laquelle de nombreux entrepreneurs ont recours à ces formes de financement participatif pour créer ou reprendre une entreprise. Mais également pour développer leurs activités.

Plus de visibilité

Très souvent, les campagnes de crowdfunding sont relayées sur les réseaux sociaux et dans la presse écrite. Par ailleurs, les contributeurs n’hésitent pas à faire des publications positives sur les produits ou les services qu’ils soutiennent. Autant dire que le financement participatif est un outil de communication efficace à ne pas négliger pour se faire connaître.

Tester la viabilité du projet

Le nombre de contributeurs est un indicateur de performance du produit ou service que vous proposez. Ainsi, plus ils sont nombreux, plus cela veut dire que votre produit ou service a atteint sa cible. Au contraire, si le projet a été boudé par les investisseurs, cela peut être un signe d’échec. Ce qui permet d’avancer en toute connaissance de cause. Par ailleurs, une campagne de crowdfunding permet d’avoir les avis des futurs consommateurs. De ce fait, vous pouvez apporter des modifications et améliorations avant la mise en vente ou le lancement du produit ou service.

Un large réseau et des conseils gratuits

Outre l’argent apporté par l’investisseur, celui-ci partage volontiers ses expériences avec l’entrepreneur. Plus encore, il lui fait profiter de son réseau. Une excellente manière de faire connaître davantage son projet.

Possibilité de se financer même si on est non bancable

Auparavant, les TPE et PME avaient peu de moyens de financement à leur disposition, car jugées non bancables. En effet, rares sont les banques qui accordent des petits prêts en raison des coûts énormes. Au contraire, le crowdfunding s’adresse essentiellement aux petites structures. Toutefois, cela ne veut pas dire que les entreprises de grande envergure n’ont pas recours à ces financements participatifs. Dans la plupart du cas, ceux-ci sont utilisés en complément d’un autre financement.

Absence de caution

Effectivement, dès lors qu’un entrepreneur a un projet viable et validé par des experts, il peut demander un financement sur les plateformes crowdlending sans avoir besoin d’être cautionné par une société, une tierce personne, l’État, etc. Cette flexibilité permet à toutes les entreprises d’être financées.

Réactivité et rapidité d’exécution

Qui dit financement participatif dit pas de paperasse inutile. Par ailleurs, vous n’avez pas besoin de faire des préparations de dossiers interminables. Quoique vous devrez quand même présenter un dossier à une équipe d’experts. Mais plus que tout, avec le financement participatif, il n’y a pas lieu d’organiser plusieurs entrevues pour convaincre les investisseurs.

En outre, l’argent est rassemblé rapidement (en moyenne 1 à 2 mois, parfois 15 jours). Alors qu’en passant par les modes de financement traditionnels, le déblocage des fonds se fait entre 6 mois et 1 an.

Les conditions pour réussir une campagne de crowdfunding

Pour réussir votre campagne de financement participatif, il y a certaines étapes à suivre.

Choisir la bonne plateforme

Certaines plateformes se spécialisent dans des projets en particulier. D’autres sont généralistes. En fonction de la nature de votre projet, vous pouvez choisir la plateforme adéquate. Dès lors que vous avez pensé trouver la plateforme idéale, pensez à vérifier quelques points :

  • La réputation de la plateforme ;
  • Les conditions générales : condition de sortie, contrepartie versée aux contributeurs, commission, etc.

Rédiger le projet

Il s’agit de présenter :

  • Le service ou le produit de manière précise et réaliste : sa finalité, les solutions qu’il va apporter, etc.
  • L’équipe derrière le projet : mettre en avant les compétences et les expériences de chacun.
  • La raison pour laquelle vous lancez une campagne de financement participatif à ce moment précis : le montant que vous sollicitez, la durée de la campagne (généralement 30 jours, 60 jours ou plus), etc.

Bon à savoir : plus une campagne est longue, plus elle risque de décourager les contributeurs.

Mobiliser la communauté

Il s’agit de convaincre la famille, les amis et les connaissances de l’intérêt du projet, mais également de les inciter à participer. Cette mobilisation doit vous permettre de rassembler entre 20 et 40 % de votre besoin financier. Plus vous récoltez des fonds, plus vous avez la chance de séduire les investisseurs et donc d’atteindre vos objectifs, voire les dépasser.

L’après-campagne

Quelle que soit l’issue de la campagne, il est important d’informer les contributeurs, et pourquoi pas de les rencontrer. Par ailleurs, il est également primordial de remettre les contreparties promises.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

+ 82 = 84