E-carte bleue ou carte bancaire virtuelle : Tout savoir

La plus grande technologie du XXIe siècle se résume en un mot : Internet. Ce réseau public planétaire a permis le développement considérable du commerce, les places de marchés étant efficaces et se multipliant de plus en plus. L’e-commerce devient alors une solution simple, facile et rapide pour tous les acteurs, qu’il s’agisse de vendeurs ou d’acheteurs. Et pourtant, les achats en ligne ne sont pas toujours à l’abri des fraudes bancaires. En France, on compte en 2018 plus de 164 millions d’euros détournés suite à des escroqueries bancaires. D’ailleurs, 70 % des entreprises auraient été victimes de tentative de fraude. À cet égard, les établissements financiers ont cherché une solution pour sécuriser les transactions et mettre fin à ce fléau. Il s’agit de la carte bancaire virtuelle. Dans cet article, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette e-carte bleue.

comparez les banques en ligne

comparer

Qu’est-ce qu’une carte bancaire virtuelle ?

Une carte bancaire virtuelle ou e-carte bleue est une carte de paiement dématérialisée et prépayée qui fonctionne à l’aide d’un logiciel. Comme une carte bancaire classique, elle dispose des informations suivantes :

  • Un numéro de carte à 16 chiffres
  • Une date d’expiration
  • Un cryptogramme ou code CVV (code de vérification à 3 chiffres)

Le principe de l’e-carte bleue est simple : sécuriser les transactions en ligne grâce à des coordonnées éphémères. Effectivement, pour chaque achat, un numéro de carte temporaire est fourni. À l’issue de l’opération, les codes de la carte bancaire ne seront plus valables. Dans le cas d’une utilisation récurrente de l’e-carte bleue, il est plus judicieux d’en générer une à chaque nouvelle transaction. D’ailleurs, les établissements bancaires ne limitent pas le nombre de cartes virtuelles bancaires pouvant être générées.

Quoi qu’il en soit, l’e-carte bleue a été spécialement conçue pour limiter les risques de fraude, mais également pour offrir un meilleur suivi des dépenses faites par les équipes en entreprise.

Où et comment obtenir une e-carte bleue ?

Il faut savoir que la carte bancaire virtuelle n’est pas disponible dans toutes les banques. Et celles qui proposent ce service exigent généralement des frais annuels, dont le coût varie d’un établissement à un autre. Parmi les structures qui commercialisent l’e-carte bleue, on retrouve donc :

  • La caisse d’épargne : 16,20 euros par an à la caisse d’épargne Nord France Europe
  • Société Générale : 12 euros par an et gratuit pour la Visa Infinite
  • La banque postale : 13 euros par an
  • Le Crédit Mutuel : 18 euros par an à la Fédération Nord Europe
  • La Banque populaire : 13 euros par an à la Banque populaire du Nord
  • BNP Paribas : 52 euros par an ou 26 euros par an pour tout client ayant souscrit à l’option du pack Esprit Libre
  • Hello Bank : 52 euros par an

Sachez qu’il est également possible d’obtenir une carte bancaire virtuelle gratuitement grâce à Fortuneo, la seule banque qui propose ce service sans frais bancaires. Vous pouvez alors vous en procurer en choisissant l’option « Protection internet » que vous pouvez activer ou désactiver à tout moment depuis votre espace client.

Par ailleurs, le fait qu’il n’existe qu’un seul établissement offrant la gratuité de l’e-carte bleue est en partie dû à la mise en place des systèmes de protection 3D Secure par les autres banques. Il est également à noter que le développement technique, la mise en place et le suivi du service de la carte virtuelle sont relativement onéreux.

En tout cas, vous devez souscrire au service dédié auprès de la banque pour obtenir une e-carte bleue.

Comment utiliser une carte bancaire virtuelle ?

L’utilisation d’une carte bancaire virtuelle est une solution pratique pour réaliser un achat totalement sécurisé. Pour ce faire, vous devez télécharger le logiciel sur le site web de la banque à laquelle vous avez souscrit le service. En ouvrant ce logiciel au moyen d’identifiants, vous êtes tenu de renseigner le montant total de la transaction et la durée de validité du numéro virtuel fourni. Par la suite, vous générez ce numéro temporaire, puis vous le copiez sur la plateforme en ligne. Ainsi, il ne vous reste plus qu’à patienter jusqu’à la confirmation du paiement de la commande.

En outre, il est important de savoir que l’e-carte bleue se décline en deux types, à savoir :

  • La carte bancaire virtuelle à usage unique
  • La carte bancaire virtuelle récurrente

Le premier type d’usage concerne les achats en ligne ponctuels ou occasionnels. Ainsi, votre carte sera générée pour régler le coût de l’achat et détruite lorsque votre compte aura été débité.

Le second type d’usage correspond aux achats en ligne récurrents tels que les abonnements à des outils en ligne. Dans ce cas, le montant sera débité mensuellement et la carte ne sera rechargée que lors du prochain prélèvement.

Quels sont les avantages et les limites de l’e-carte bleue ?

Il va de soi que chaque moyen de paiement en ligne présente ses propres défauts et qualités. Retrouvez ci-après ceux de la carte bancaire virtuelle.

Les avantages

Les établissements financiers ont lancé depuis plusieurs années le service de la carte bancaire virtuelle en raison de nombreux risques de fraude sur les cartes bancaires classiques. Elle permet d’éviter tous les risques de piratage et de garantir le bon déroulement des achats en ligne. La sécurité des transactions est donc le plus gros avantage qu’offre l’e-carte bleue.

C’est également une solution simple et pratique qui offre un gain de temps considérable aux entreprises. En effet, l’utilisation d’une carte virtuelle n’est pas compliquée. Il suffit de générer un numéro de carte et de le copier sur le site marchand.

Mais encore, elle permet d’augmenter la productivité dans la mesure où il y aura moins de paperasse administrative à déclarer grâce à un suivi en temps réel des transactions effectuées. Ainsi, fini les pertes de temps liées aux recherches des reçus et justificatifs de paiement originaux des salariés. La direction et l’équipe financière de l’entreprise se chargent de contrôler les dépenses engagées par chaque salarié du fait que l’e-carte bleue est rattachée à un site en ligne. Et comme tout outil de paiement en ligne, la carte bancaire virtuelle rend la gestion des dépenses en entreprise autonome et flexible.

Les limites

Néanmoins, il existe certains cas où la carte virtuelle ne doit pas être utilisée. Cela concerne entre autres les paiements incluant un engagement, car le numéro à usage unique est éphémère et ne permet donc pas le prélèvement automatique. Il est aussi déconseillé d’utiliser la carte pour retirer une commande. En réalité, c’est une carte non physique ne permettant pas de retirer la commande à une borne.

Autre inconvénient, vous devez retenir les codes d’accès au logiciel. De plus, la carte bancaire virtuelle n’est utilisable que depuis le poste où est installé le logiciel, sauf si le service est évidemment disponible sur mobile. Par ailleurs, il arrive qu’au moment de valider votre commande, le site vous suggère une option supplémentaire à un prix plus attirant. Par conséquent, votre montant reste figé sur le logiciel et vous ne pouvez plus revenir en arrière.

Dans tous les cas, la carte bancaire virtuelle est une méthode révolutionnaire pour assurer la sécurité des achats en ligne.

Carte bancaire virtuelle ou e-carte bleue : quelles sont les alternatives ?

Comme nous l’avons dit plus haut, ce ne sont pas toutes les banques qui proposent la carte bancaire virtuelle. Bien entendu, il ne faut pas nécessairement en disposer d’un pour effectuer des achats en ligne en toute sécurité. En effet, il existe d’autres alternatives à l’e-carte bleue.

Dans un premier temps, il y a le système 3D Secure qui est un système de sécurisation des paiements en ligne créé par Visa et MasterCard. Celui-ci s’est développé activement sur la plupart des plateformes en ligne. Le fonctionnement de ce programme se fait par envoi d’un SMS à usage unique pour confirmer la transaction. Le code 3D Secure sera ainsi reçu par le numéro de téléphone indiqué à sa banque.

Dans un second temps, le portefeuille électronique se révèle être une bonne alternative à la carte bancaire virtuelle. Il permet en effet d’avoir un lien entre le site internet vendeur et son propre compte bancaire. On retrouve par exemple Paylib en France, soutenu par Crédit Agricole, BNP Paribas, la Société Générale, la BPCE… À l’échelle internationale, il y a la solution PayPal, suivie de près par Apple Pay et Google Pay qui présentent un fonctionnement quasi identique.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires