Comment créer une startup soi-même ?

Entre innovation et entrepreneuriat, la création d’une startup se révèle être un projet à la fois ambitieux et exaltant. Ce modèle d’entreprise séduit par sa flexibilité et sa capacité à s’adapter au développement d’un projet innovant. Loin de la création d’une entreprise plus classique, la startup s’impose comme un schéma d’entreprise adapté aux entrepreneurs qui souhaitent tester et développer une idée innovante. Derrière cet aspect de relative liberté à développer son projet, la création d’une startup nécessite néanmoins un certain nombre d’étapes qui doivent être réalisées consciencieusement.

Quelles sont les étapes pour créer une startup ? Peut-on créer une startup soi-même ? Est-il essentiel d’avoir un investissement de base pour la création d’une startup ? Voici un guide étape par étape pour la création d’une startup afin que vous puissiez concevoir la création de votre entreprise de manière plus sereine.

comparez les banques pros

comparer

Le point de départ : trouver une idée de business

Pour les plus créatifs d’entre nous, des idées innovantes permettant de faire évoluer le monde peuvent monopoliser nos pensées au quotidien. Mais derrière cette volonté de trouver le projet qui aurait des impacts bénéfiques sur notre société, il faut garder à l’esprit qu’une startup est avant tout une entreprise qui doit générer des profits pour survivre.

Dès lors, le terme de business doit faire partie intégrante de votre réflexion au moment de trouver et de développer votre projet qui sera à l’origine de la création de votre startup. L’idée ici est donc de concilier votre envie de mener à bien un projet qui vous tient à cœur tout en vous assurant des profits nécessaires pour le bon développement économique de votre entreprise.

Le développement d’une idée de business doit donc s’effectuer en deux temps :

  • la réalisation d’un brainstorming de tous les projets que vous souhaiteriez développer et des activités connexes à ces projets ;
  • une étude de marché simplifiée afin de contextualiser les projets qui semblent les plus prometteurs en termes de développement économique.

La réalisation d’un brainstorming

Il se peut que l’idée même de créer une startup provienne d’une idée de business déjà bien ancrée dans votre esprit. Néanmoins, la réalisation d’un brainstorming reste une étape conseillée afin de ne pas se restreindre à une seule idée de projet. Vous devez pouvoir exploiter toutes les activités connexes qui pourraient se rajouter par la suite à ce projet.

Dans le cas où vous n’auriez pas encore une idée précise de ce que vous souhaitez développer au sein de votre startup, le brainstorming s’avère être un format laissant libre cours à votre créativité. L’avantage principal du brainstorming est que vous pouvez y inscrire toutes vos idées de projet sans vous limiter à une quelconque faisabilité du projet. Toutes les idées y sont donc les bienvenues, même les plus improbables. À cette étape, ne vous restreignez pas dans vos idées et réalisez si besoin votre brainstorming sur plusieurs jours voire sur plusieurs semaines afin de n’exclure aucun projet qui pourrait être le projet qui vous permettra de réussir.

Conceptualiser ses idées

Une fois votre brainstorming réalisé et toutes vos idées de projet mises sur papier, vous devez commencer à trier toutes ces idées et à les conceptualiser.

Cette étape consiste à mettre de côté toutes vos idées qui présentent une très faible probabilité d’être un jour réalisées. L’objectif ici est de réussir à conceptualiser un seul et même projet qui peut éventuellement englober plusieurs activités connexes complémentaires à ce projet.

Cette deuxième étape dans la recherche de votre idée de startup peut également s’étaler sur plusieurs jours ou sur plusieurs semaines afin d’obtenir un projet innovant qui est déjà bien abouti dans la projection de sa réalisation.

Peut-on reprendre une idée de business déjà existante ?

Même si l’image première que l’on se fait d’une startup est le développement d’un projet innovant, il est également possible de reprendre une idée de business déjà présent sur le marché. L’objectif ici n’est donc pas de créer un nouveau business de zéro, mais de proposer une nouvelle approche économique et commerciale d’une activité qui est déjà présente sur le marché économique.

Bien évidemment, reprendre une idée de business déjà implantée sur le marché présente de nombreuses limites telles que :

  • ne pas utiliser des idées ou des concepts protégés par un brevet, par le dépôt d’une marque ou par des droits d’auteur ;
  • ne pas bâtir le projet de la startup sur des actes de concurrence déloyale.

Dès lors, bâtir une idée de startup en utilisant des concepts protégés par une marque ou par un brevet s’avère être une opération délicate pour tout startupper. Dans cette situation, il est préférable de reprendre une idée d’activité qui n’est pas spécialisée dans un domaine bien précis, mais qui peut être appliquée dans divers domaines sans qu’une marque ou une entreprise puisse sans conteste en revendiquer la propriété.

Par exemple, la startup Blablacar — dont le succès n’est plus à démontrer — a établi son idée de business model autour du service de covoiturage. En soi, l’idée du covoiturage existe depuis bien longtemps et était déjà pratiquée grâce à des initiatives privées ou publiques. L’entreprise Blablacar a donc repris cette idée de covoiturage qu’elle a estimé — à juste raison — porteuse dans les années à venir. La startup a ainsi proposé une plate-forme numérique de mise en relation entre les différentes personnes souhaitant covoiturer.

L’innovation dans cette idée est de vouloir simplifier la mise en relation entre les différents covoitureurs par le biais d’une plate-forme numérique accessible à tous. Dès lors, Blablacar est un exemple de startup démontrant qu’il n’y a pas forcément besoin de développer une idée partant de zéro pour réussir dans ce domaine.

Un autre exemple d’autant plus parlant sur l’idée de reprendre un business déjà existant est la réussite de la startup Stripe. Cette startup américaine propose un système de paiement en ligne sécurisé. En soi, il n’y a aucune nouveauté ou innovation à proposer un tel service.

Là où la startup américaine joue sur l’innovation est dans la manière de proposer ce service en ligne qui se veut simple d’utilisation et facile à incorporer sur un site Internet. Dès lors, le succès de Stripe provient notamment de tous les commerçants en ligne qui ont vu en cette application une facilité d’intégration sur leur site Internet. Stripe a ainsi su se différencier de ses concurrents comme PayPal par exemple.

Affiner son projet en réalisant une étude de marché

L’étude de marché — bien que quelquefois perçue comme une étape rébarbative — est pourtant essentielle dans la création d’une startup. En effet, c’est au travers d’une étude de marché que vous pourrez constater de manière plus approfondie si votre produit ou votre service va trouver sa clientèle.

Vous pourrez également lister les possibles concurrents déjà existants sur le marché. L’idée ici est donc de consolider votre projet de startup en établissant une clientèle cible et en prenant en considération les éventuels concurrents déjà présents sur ce marché ainsi que les concurrents indirects.

La formalisation de votre projet : le business plan et le business modèle

Une fois votre idée de business validée et votre étude de marché réalisée, vous pouvez ensuite passer à l’étape de la réalisation de votre business plan, puis de votre business model.

Le business plan

Quelle est la différence entre un business plan et un business model ? Un business plan se réalise en général en amont du business model. Il permet d’affiner la présentation de votre projet et d’établir votre plan d’action concernant l’aspect financier de ce projet.

Un business plan se situe encore à l’étape de la projection, mais il représente une véritable transition vers la concrétisation de votre projet de startup. En effet, dans votre business plan vous devrez décrire en détail votre projet de business, le cadre juridique dans lequel vous souhaiterez faire évoluer votre startup, votre stratégie marketing envisagée, etc.

Le business model

Le business model quant à lui représente le modèle économique que vous souhaitez appliquer à votre startup. À noter que contrairement à la création d’une entreprise plus traditionnelle, la caractéristique propre d’une startup est de ne pas avoir de business model fixe.

Par conséquent, comment élaborer un business model pour une startup ? Tout l’attrait de créer une startup réside dans la possibilité d’adapter son business model en fonction du développement du projet. De ce fait, vous devez privilégier un business model cohérent à l’étape de la création de votre startup. En d’autres termes, à cette étape il n’est pas question d’envisager un business model basé sur la réalisation de profits bien trop ambitieux en début d’activité. Il est essentiel de concevoir son business model étape par étape.

Dès lors, au moment de la création de votre startup vous devez envisager un business model cohérent avec votre étude de marché et avec les potentiels profits que vous pouvez réaliser dès les premiers mois de votre activité.

La recherche de financements

Avant de finaliser la création d’une startup, il est essentiel de rechercher en amont les financements nécessaires à sa création et à son développement. Vous pouvez bien évidemment vous-même participer au financement de votre startup. Cependant, selon le projet que vous envisagez de développer il peut être nécessaire d’obtenir des financements supplémentaires. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous telles que :

Comment créer juridiquement une startup ?

Une startup pour être reconnue juridiquement doit être immatriculée en tant qu’entreprise. Même s’il ne s’agit pas d’une entreprise traditionnelle avec un business model établi, la startup doit néanmoins être immatriculée sous l’une des formes juridiques d’entreprise proposées.

Il est possible de choisir parmi plusieurs statuts juridiques d’entreprises. Néanmoins, il est essentiel de garder à l’esprit au moment de choisir le statut juridique de son entreprise qu’une startup doit pouvoir facilement s’adapter à l’évolution de son activité. Par conséquent, pensez à privilégier un statut juridique pour votre startup qui :

  • permet de pouvoir s’associer avec plusieurs collaborateurs ;
  • permet une protection du patrimoine personnel des différents associés en cas d’échec de la startup ;
  • n’exige pas un capital social minimum important à la création de la startup ;
  • permet de choisir librement le partage des parts sociales ainsi que l’entrée et la sortie des associés au sein de l’entreprise.

À noter qu’il est également possible de rédiger un pacte d’associés. Un pacte d’associés représente un document juridique en dehors des statuts de l’entreprise. Dans ce pacte d’associés peuvent être rédigées différentes clauses concernant :

  • la répartition des parts sociales entre les associés ;
  • les conditions applicables dans le cadre d’un vote (conditions du droit de vote, majorité nécessaire pour obtenir la validation du vote, etc.) ;
  • les modalités de cession des parts sociales ;
  • le droit à l’information des associés ;

La réussite d’une startup dépend en partie de la bonne entente des différents associés au sein de l’entreprise. Il est donc essentiel de privilégier une équipe d’associés partageant les mêmes objectifs et les mêmes valeurs dans ce projet. Pour cela, la rédaction d’un pacte d’associés permet de mettre par écrit les différentes conditions sous lesquelles les associés acceptent de participer au développement économique de cette startup.

Finaliser le lancement de votre startup

Une fois votre startup immatriculée et le financement de celle-ci garantie, vous pouvez ensuite finir de concrétiser votre projet en lançant la production de vos produits ou le développement de votre service. Cette dernière étape de la création de votre startup comprend plusieurs points importants à aborder tels que :

  • choisir le lieu d’implantation de sa startup (en France ou à l’étranger) ;
  • déposer un brevet ou une marque s’il y a lieu de protéger une idée innovante ou une image de marque ;
  • rédiger les conditions générales de vente, les conditions générales d’achat et les mentions légales du site Internet s’il existe ;
  • démarcher les fournisseurs et lancer la production de produits ou rechercher des prestataires permettant le développement de la prestation de services proposée ;
  • souscrire les différentes assurances nécessaires à l’activité de la startup ;

La startup représente donc un projet entrepreneurial exaltant pour son créateur même si l’avenir de cette startup reste incertain quant à son possible succès ou à sa fin prématurée. Dans tous les cas, il est nécessaire de réaliser toutes les étapes de création d’une startup dans les règles de l’art afin de donner toutes les chances de réussite à son projet.

comments
Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires